Cote d'Ivoire: Ciné Droit Libre 2019 - Le Festival mise sur des élections apaisées en 2020

17 Octobre 2019

Diffuser des films documentaires et fictions réalisés sur les droits de l'homme et la liberté d'expression et permettre au public de voir des films spécialisés sur ces deux thèmes. Ce sont entre autres objectifs visés par le festival Ciné Droit Libre dont la 11ème édition, cette année, se déroulera du 11 au 16 novembre prochain à Abidjan.

L'événement est placé sous le parraine de SEM. Jobst Von Kirchmann, Ambassadeur de l'Union européenne en Côte d'Ivoire. Avec pour thème principal « Pourquoi la démocratie ?», il s'agira, concrètement, à travers une série d'activités, de susciter d'abord, sans passion, un débat franc et ouvert sur la problématique de la démocratie en Afrique.

Et ensuite, de sensibiliser les populations sur la nécessité d'œuvrer pour l'enracinement de la culture démocratique en Afrique. Naturellement, d'autres questions liées aux droits humains seront abordées au cours du festival, avec en toile de fond un objectif précis : œuvrer pour un «monde plus juste et plus droit».

Et donc, un monde plus démocratique. Mais, spécifiquement en Côte d'Ivoire, le festival mettra l'accent particulièrement sur la sensibilisation des populations pour des élections apaisées en 2020. L'idée, pour les organisateurs, c'est de faire en sorte que les populations ne revivent plus le syndrome de 2010 où l'élection présidentielle a débouché sur une crise postélectorale qui a fait officiellement 3000 morts.

Avec pour sous-thème « En 2020, je vote pour la paix », le festival entend engager les populations (acteurs politiques, société civile) à tout mettre en œuvre pour que la présidentielle de 2020, qui suscite déjà des passions, soit une élection démocratique et apaisée. L'objectif, c'est « Zéro mort après le vote». Justement, un panel sur le thème « le rôle des médias et de la société civile pour des élections apaisées en 2020» sera organisé, le vendredi 15 novembre 2019, au Goethe-Institut à Cocody.

Ciné Droit Libre s'est fixé comme objectif de donner une plateforme aux cinéastes et journalistes du monde entier dont les œuvres (des films portant sur les droits humains et la liberté de la presse) sont censurées ou ont eu des difficultés de diffusion à cause de leur contenu dérangeant.

En Côte d'Ivoire, le festival Ciné Droit Libre se tient depuis 2008, en partenariat avec le Goethe-Institut, soutien historique de l'événement, ainsi que la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, l'Ambassade de France, l'Institut Français de Côte d'Ivoire, Amnesty International Côte d'Ivoire, le Conseil national des droits de l'homme, l'Office des Nations unies pour la drogue et le crime, le projet Promis ( Protection des migrants), le Haut-commissariat des Nations unies pour les droits de l'homme etc.

Il a sensibilisé, en neuf éditions, plus de 100 000 personnes. Aussi, il a projeté près de 200 films sur divers sujets des droits humains: l'immigration irrégulière, les droits de l'enfant, les violences faites aux femmes, l'utilisation des enfants dans les conflits, les problèmes de gouvernance et de démocratie, la liberté d'expression, les mutilations génitales féminines...

Le festival a également formé, depuis sa création, environ 180 jeunes réalisateurs aux techniques pour écrire et réaliser un film documentaire sur les questions des droits humains.

Plusieurs sites sont retenus pour abriter les activités du festival : le GoetheInstitut, l'Institut Français, le Lycée Jeunes Filles de Yopougon, la place Inch'Allah de Koumassi, le quartier Phare de Grand-Bassam. Une dizaine de films seront projetés sur ces sites du festival. La cérémonie d'ouverture aura lieu le 13 novembre et la clôture le 16 du même mois au Goethe-Institut. Le journaliste Yacouba Sangaré est le coordonnateur du festival.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.