Congo-Kinshasa: L'Assemblée générale des magistrats encore reportée

Prévue chaque année en avril, la réunion permet notamment de faire les propositions de promotion ou de mutation au chef de l'État. Reprogrammée cette semaine, date de la rentrée judiciaire, elle est pour la deuxième fois reportée « sine die » et, avec elle, toute la réorganisation du pouvoir judiciaire, pourtant très contesté depuis les dernières élections.

« On est là, on est venu presque pour rien », explique un président de cour d'appel. Si ce magistrat, comme beaucoup d'autres, a fait le déplacement depuis sa lointaine province, c'est aussi pour savoir s'il va garder son poste. « Le chef de l'État s'est lui-même montré très critique », reconnaît ce juge.

Au titre de la Constitution congolaise, c'est le président Tshisekedi qui doit nommer les magistrats sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature. Dans les faits, c'est une commission qui se charge des propositions. Jusqu'ici, elle a toujours été composée par les membres du bureau du Conseil, c'est-à-dire les principaux juges et procureurs du pays.

Selon le procès-verbal de la dernière réunion du bureau, daté du 4 septembre, ces magistrats, souvent accusés d'être très proches de l'ancien président, ont demandé au nouveau chef de l'État de nommer « de manière discrétionnaire » les chefs des institutions du pouvoir judiciaire et membres du bureau du Conseil supérieur de la magistrature. En d'autres termes, les présidents de la Cour constitutionnelle, du Conseil d'État, de la Cour de cassation, de la cour militaire et les procureurs associés.

Problème d'agenda

« On n'a pas de nouvelles depuis », assure un membre du bureau démissionnaire. Officiellement, il s'agit d'un problème d'agenda. Mais un magistrat note qu'il y a beaucoup de nominations en attente : ambassadeurs, gestionnaires des entreprises publiques. « Lui et Joseph Kabila doivent continuer négocier », estime ce juge.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.