Cote d'Ivoire: Après l'arrestation manquée de Soro - Le Comité politique dénonce des faux complots en préparation

L'actualité sur l'arrestation manquée de Guillaume Soro reste vive. Hier, dans un communiqué qui nous est parvenu, le camp de l'ex président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire a dénoncé des « faux complots » en préparation contre son leader.

« Il nous revient, de manière récurrente, que les officines du pouvoir d'Abidjan travaillent à temps plein sur de fausses accusations de troubles à l'ordre public et d'atteinte à la sûreté de l'Etat à attribuer au Président Guillaume Kigbafori Soro. »

Mieux, les Soroïstes disent détenir « des informations crédibles en leur possession établissant que le gouvernement ivoirien constitue, soigneusement, depuis l'année 2017, un montage contre le Président Guillaume Kigbafori Soro et certaines personnalités originaires de pays amis étrangers pour accréditer faussement la thèse de leur lien avec des organisations terroristes dans la sous-Région ouest-africaine.

Des rapports confidentiels émanant des services de renseignements ivoiriens ont déjà été transmis à des gouvernements à l'étranger.

Deux publications proches du pouvoir ivoirien ont consacré leur manchette à ces soi-disant complots en accusant nommément le Président Guillaume Kigbafori Soro et certaines éminentes personnalités étrangères pour servir d'alibi et préparer l'opinion au déclenchement de procédures ultérieures contre les concernés.

Depuis plusieurs semaines, il nous revient que de hautes personnalités du régime, à la Primature, au Ministère chargé des Affaires Présidentielles et au Ministère de La Défense évoquent une arrestation décidée du Président Guillaume Kigbafori Soro pour tentative supposée d'atteinte à la sûreté de l'Etat. Sans aucun fondement.»

Les Soroïstes ne s'arrêtent pas là. Ils en appellent au Gouvernement et au président de la République « à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire cesser les violations flagrantes et répétées de la constitution et des lois de la République.

Le Comité Politique demande au Président de la République et au Gouvernement de recréer les conditions de la paix civile, de consultations électorales apaisées et d'une transition pacifique du pouvoir d'Etat.

Le Comité politique saisira la communauté nationale, les organisations de défense des Droits de l'homme, les Chancelleries ainsi que les juridictions compétentes pour une large information de la situation. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.