Congo-Kinshasa: Grand fan de la rumba congolaise - Le béninois Sero Bagri témoigne la grandeur de Luambo Makiadi

Tant bien que mal, Kinshasa, capitale de la musique africaine, a commémoré, le 30ème anniversaire de la disparition du Grand Maître Franco LUAMBO MAKIADI, décédé le 12 octobre 1989 en Belgique. A la fois guitariste -chanteur et grand auteur-compositeur de renom, cet artiste reste un peintre immortel de la société congolaise. Et cela, grâce à ses œuvres anthropologiques et son style de musique engagée avec des thèmes basés sur les réalités sociologiques qui étaient appréciées au niveau international.

A la fois taquins, provocateurs et interpellateurs mais aussi éducatifs, ses textes, paroles et rythmes étaient bien réajustés dans une orchestration mélodieuse et ravissante, suscitant ainsi un succès foudroyant qui avait outrepassé la scène internationale de la chanson.

Pour preuve, Sero BAGRI est parmi les ouest-africains qui ont vécu et admiré avec passion la belle époque du Grand Maître Franco de Mi-Amor dans toute son apothéose.

De nationalité béninoise, ce fervent fanatique de la musique congolaise a quitté particulièrement son pays pour venir rendre hommage au président -fondateur du groupe Tout Puissant OK -Jazz qui vient de totaliser 30 ans dans l'au-delà.

Emongo Luambo, fils biologique du Grand Maître Franco reçoit et le béninois Sero BAGRI

De Cotonou à Kinshasa, Sero BAGRI a bien marqué l'occasion, en commençant par une visite au cimetière de la Gombe où il s'est incliné sur la tombe de LUAMBO MAKIADI, en y déposant sa gerbe de fleurs. « C'est depuis l'âge de 6 ans que j'ai commencé à développer cette passion pour la musique du Grand Maître Franco. Voire mes parents, à l'époque et jusqu'aujourd'hui, ma femme et mes enfants, savent que sa musique est plus thérapeutique dans ma vie. Je ne me lasse jamais en écoutant les mélodies et chansons fantastiques de Franco. Il était un créateur des mélopées et paroles fabuleuses qui me touchent jusqu'au fond de moi. Il y avait de l'âme dans sa musique », a témoigné Sero BAGRI.

« Je suis le meilleur admirateur de la musique rumba »

Au cimetière, il s'est également incliné sur les sépulcres des autres grands noms de la rumba congolaise décédés, Dr. Nico Kassanda, Pépé Kalé, Abeti Masikini ... « Cela prouve que je n'admire pas que Luambo Makiadi mais je suis fan de toute la musique congolaise dans son ensemble. En tant que ouest-africain, je suis le meilleur fils de la musique congolaise», a-t-il souligné.

Le Béninois a été également aux anges d'assister à la soirée spectaculaire en hommage à cette icône de la musique congolaise moderne au temple de l'orchestre OK Jazz, à l'espace 1-2-3, dans la commune de Kasa-Vubu.

Au cours de son séjour, le Béninois s'est rendu aussi à la « Place des Artistes », à Matonge, un des quartiers chauds de la Capitale où il a visité le Monument de Franco de Mi-Amor. «C'est un grand souvenir pour moi de toucher à ce monument. A travers cette place, les autorités congolaises ont bien pensé à immortaliser tous ces génies qui ont surtout contribué à la promotion de la culture du pays à travers le monde», a-t-il soutenu avec joie.

Vivre l'ambiance de Kinshasa avec ces lieux touristiques consacrés aux pères géniteurs de la rumba congolaise est un rêve devenu une réalité.

Le Congo a la plus belle musique d'Afrique

La musique congolaise a bercé toute l'Afrique, peu importe la couleur de la peau, du nord au sud, de l'Est à l'ouest. Cette rumba est écoutée partout. « C'est une place très célèbre que nous regardons dans les télévisions ou sur Youtube (Internet). Je me suis rendu sur cet endroit historique construit par l'Etat congolais. Je pense que c'est vraiment une bonne initiative pour rendre un vibrant hommage aux artistes qui ont fait la renommée du peuple congolais », a martelé Sero BAGRI. Toutefois, il a aussi beaucoup d'estimes et respects à la musique congolaise qui a bercé son enfance.

Avant de se rendre à la « Place des Artistes », cet admirateur ouest-africain a été reçu par le saxophoniste Verckys KIAMUANGANA, un des survivants de l'Ok Jazz.

Par la suite, le fan Béninois a visité le siège du TP Ok Jazz à l'immeuble 1-2-3 (Mama Kulutu), construit par le Grand Maitre Franco en 1983. Il était spécialement question pour Sero BAGRI d'échanger avec EMONGO, un des fils biologiques de LUAMBO MAKIADI, sur un projet important dont la quintessence sera dévoilée dans les jours à venir.

Sur place, cet amoureux de la musique rumba était très heureux de rencontrer le célèbre impresario MANZENZA, qui détient tous les secrets sur la carrière et la vie de Grand Maître Franco et son groupe musical jusqu'à sa mort en 1989 à Namur.

Fonctionnaire de l'ONU, Sero BADRI gardera un souvenir meilleur pour son premier voyage à Kinshasa où il promet de revenir encore pour formater d'autres projets importants au profit de la culture africaine. Inch' Allah !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.