Madagascar: Projet Tana-Masoandro - Les députés IRD se posent en « médiateur »

Les députés IRD préconisent un terrain d'entente.

Forts de la légitimité issue du suffrage universel direct et comme leur appellation de « solombavambahoaka » l'indique, les députés formant la représentation nationale, sont les mieux placés pour parler au nom du peuple qui est en droit de voir et d'avoir sa part de soleil.

« Anjara masoandro ». Les opposants - pour des raisons économiques et/ou politiques - au projet Tana-Masoandro voudraient priver la population de Tana de sa « part de soleil ». Le soleil risque même de ne pas briller sur l'ensemble du pays car la capitale est censée être la vitrine de la Grande Ile. L'extension et le désengorgement de la Cité concernent effectivement tous les Malgaches qui vont et viennent à Tana où les quatre coins du territoire sont d'ailleurs représentés. Des habitants résidents en perpétuelle augmentation et une population flottante sans cesse grandissante qui obstruent tout et partout (espace, logements, égouts, canaux d'évacuation, bacs à ordures... ). Sans parler de la pollution et du climat d'insécurité dans la Ville des Mille où il ne fait plus bon vivre. Ce triste état des lieux a amené l'ancien maire de Tana élu à l'époque sous les couleurs du TGV à chercher une autre voie sur la Rive gauche de l'Ikopa afin de mettre sur les rails, le projet phare de son programme présidentiel « Tana-Masoandro ». Un chantier moderne qu'un mouvement qui se dit conservateur veut faire tomber à l'eau. Celui des rizières d'Ambohitrimanjaka.

Dessous politiques. « Ce ne sont pas les véritables propriétaires de rizières qui sont contre le projet. C'est un ex-membre du Conseil Supérieur de la Transition qui est à la tête du mouvement alors qu'il ne possède même pas 1 m2 de rizière sur les lieux », a fait remarquer un député. Et ce, au cours de la conférence de presse tenue hier à Tsimbazaza par les membres du groupe parlementaire IRD qui ont défendu et apporté des éclaircissements sur le projet « Tana-Masoandro ». De l'avis de cet élu de la Chambre basse, « il y a des dessous politiques derrière ce mouvement de contestation car si le projet Tana-Masoandro voit le jour, le régime du président Rajoelina sera édifié sur des bases solides ».

Intérêt général. Un autre député IRD d'ajouter que « la majorité des gens à la base ne sait même pas les avantages et les inconvénients du projet ». Un troisième édile de la majorité a enchaîné qu' « il appartient aux députés d'éclairer la lanterne de la population sur le projet Tana-Masoandro ». Et d'expliquer qu' « un Solombavambahoaka est le porte-parole du peuple auprès du « Fanjakana » tout en rapportant également les décisions et projets de ce dernier au premier ». C'est dans cet esprit que les députés IRD comptent jouer le rôle de « médiateur » entre le pouvoir et la population d'Ambohitrimanjaka par rapport à ce « velirano » présidentiel. Pour qu'« un terrain d'entente puisse être trouvé », le groupe parlementaire IRD appelle à un « dialogue » sur la base d'un principe gagnant-gagnant mais aussi et surtout à des fins d'intérêt général. Lequel doit primer sur des intérêts privés, sous peine de... priver le peuple de son rayon de soleil ou « Tana-Masoandro ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.