Maroc: S.M le Roi gracie Hajar Raissouni

Le fiancé de la journaliste et l'équipe médicale accusée de l'avoir aidée à avorter ont également bénéficié de la grâce Royale

S.M le Roi Mohammed VI a accordé sa grâce à Hajar Raissouni, condamnée à une peine de prison et qui fait toujours l'objet de poursuites judiciaires, indique un communiqué du ministère de la Justice.

Cette grâce Royale s'inscrit dans le cadre de la compassion et la clémence reconnues au Souverain et du souci de S.M le Roi de préserver l'avenir des deux fiancés qui comptaient fonder une famille conformément aux préceptes religieux et à la loi, malgré l'erreur qu'ils auraient commise et qui a conduit à cette poursuite judiciaire, ajoute le communiqué.

Dans ce même contexte, S.M le Roi a bien voulu accorder sa grâce au fiancé de Hajar Raissouni et à l'équipe médicale poursuivie dans cette affaire.

La jeune femme de 28 ans, son fiancé et le médecin qui ont été graciés en même temps qu'elle, ont été libérés de la prison d'El Arjat, dans les environs de Rabat, quelques heures après l'annonce de la grâce Royale.

Comme après sa condamnation le 30 septembre, la reporter du quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, a adressé un signe de la victoire aux médias venus l'attendre à la sortie de la prison.

«La grâce Royale a corrigé un procès injuste», a-t-elle déclaré à l'AFP en l'occasion.

«Je suis innocente....J'ai subi une grande injustice et terrible agression», a-t-elle ajouté.

Mais en même temps, elle a trouvé «sain et utile» le débat soulevé par son arrestation et espère que «son cas servira de locomotive» pour dépénaliser l'avortement, les relations hors mariage et la rupture du jeûne en public, actuellement passible de prison dans le Code pénal marocain.

«J'ai toujours défendu le respect des libertés individuelles, surtout que les affaires liées à ces libertés peuvent être instrumentalisées contre des personnes publiques ou des défenseurs des droits humains», a-t-elle souligné.

Pour sa part, le frère du médecin libéré a déclaré au site Al Yaoum24, lié au quotidien Akhbar Al-Yaoum : «Nous avons vécu dans un enfer (...) Merci Majesté».

La nouvelle de la libération de Hajar Raissouni s'est propagée sur les réseaux sociaux au Maroc et à l'étranger, alors que le mot d'ordre #freehajar était devenu viral depuis son arrestation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.