Algérie: Irfan Rahman attend d'autres défis après le dépôt de candidatures

interview

Depuis l'annonce de la dissolution du Parlement, vous avez dit, je cite : «Nous sommes en classe 4». La commission l'est-elle toujours à trois jours du dépôt des candidatures ?

Nous sommes en classe 4 jusqu'à la proclamation des résultats, comme cela a toujours été le cas. Nous avons géré les crises. Maintenant, on s'attaque à de la substance. On a donné les directives aux Returning Officers (RO) car il faut avoir de la constance dans les décisions. Chacun doit savoir ce qu'il doit faire lors du Nomination Day, lors du scrutin et le jour du dépouillement.

Êtes-vous donc fin prêt pour l

e dépôt de candidatures, fixé au 22 octobre ?

On sera fin prêt lundi. Car ce jour-là, ce n'est qu'après les heures de classe qu'on aménagera les salles où se tiendra le dépôt de candidatures mardi, à partir de 9 heures. Aujourd'hui (NdlR, hier, jeudi 18 octobre), on a fait un briefing de trois heures avec tous les RO et leurs adjoints. Puis, vers les 13 heures, on a finalisé tous les centres de dépouillement et le nombre d'électeurs dans chaque circonscription. Samedi matin, on parlera aux Senior Presiding Officers, qui épaulent les RO.

Quels sont les changements par rapport aux centres de dépouillement ?

Au n°18 (Belle-Rose-Quatre-Bornes), le dépouillement se fera aux écoles du gouvernement Louis Nellan A et Louis Nellan B au lieu de Sodnac SSS. Au no15 (La Caverne-Phoenix), c'est désormais La Visitation RCA. Au n°16 (Vacoas-Floréal), au lieu de Maurice Curé, ce sera à l'école primaire Aryan Vedic. Au n°4 (Port- Louis-Montagne-Longue), ce sera désormais à Hurryparsad Ramnarain Government School, et ainsi de suite.

Comme les collèges sont pris par des examens, on a dû se rabattre sur les écoles primaires dans la plupart des cas (NdlR, la liste des nouveaux centres de dépouillement est en ligne sur le site Web de la commission électorale).

Est-ce que c'est principalement la tenue des législatives en pleins examens qui a tout chamboulé pour la commission ?

Les examens et un manque de fonctionnaires pris par les examens pour travailler pour les élections sont venus se greffer sur notre situation. Comme j'ai toujours dit, l'annonce de la date des élections a toujours été la prérogative du Premier ministre seulement. La Constitution lui permet d'organiser des élections dans un temps minimum de 31 jours. Ce qu'il a fait. J'ai dit que nous sommes en classe 4 car nous avons tellement de choses à faire en 31 jours.

Changement de centres de vote pour 105 000 électeurs, modification des centres de dépouillement, manque de fonctionnaires, guerre de symbole... Quels autres défis vous restent-ils encore à relever ?

À aujourd'hui (NdlR, hier), au n°14, il ne nous manquait que 75 fonctionnaires. Cette circonscription a toujours été une Scarcity Area car il y a très peu de fonctionnaires qui habitent au n°14. Auparavant, des facteurs et des gens de l'Income Tax travaillaient avec nous.

Depuis dix ans, la poste est devenue une compagnie privée. Et ceux de la Mauritius Revenue Authority aussi ne sont plus des fonctionnaires. Comme seuls les fonctionnaires sont éligibles à travailler avec nous, il faut prendre des enseignants et ceux des autres ministères et départements. D'autres défis viendront peut-être après le dépôt de candidatures.

Par exemple ?

Après le dépôt de candidatures, les candidats disposent légalement d'un délai de trois jours pour se désister. Puis, il faut aussi veiller aux contestations en cour pour prendre une décision éventuellement. La cour dispose, elle, d'un délai de sept jours à partir du Nomination Day pour rendre un verdict.

À quand l'impression des bulletins de vote ?

Légalement, c'est trois jours après le Nomination Day. On est déjà en contact avec l'imprimerie du gouvernement.

Concernant Rodrigues et Agalega, quelle est la situation ?

Ce matin (NdlR, hier), on a eu une réunion avec la force policière concernant Maurice, Agalega et Rodrigues. Les officiers qui travailleront à Agalega partent avec les bulletins la veille du scrutin le matin très tôt à bord du Dornier. Le 7 novembre, ils quittent là-bas à la mi-journée pour rentrer à Maurice à 14/15 heures avec des bulletins qui seront transportés sous forte escorte policière au n°3, à l'école Jean Lebrun, où ils seront gardés la nuit avant le dépouillement le lendemain.

La RO Carole Green-Jokhoo part à Rodrigues dimanche. Elle va faire sa réunion, lundi, avec les officiers qui travailleront le jour du dépôt de candidatures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.