Cote d'Ivoire: Financement des projets - Amadou Gon Coulibaly salue l'engagement des partenaires financiers

18 Octobre 2019

Le chef du gouvernement ivoirien a eu des séances de travail très enrichissantes avec des leaders économiques mondiaux. Et ce, en marge des Assemblées annuelles du Fmi et de la Banque mondiale qui se tiennent à Washington DC.

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly séjourne, depuis le 16 octobre, dans la capitale fédérale des États-Unis, Washington D.C, dans le cadre des Assemblées annuelles du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Cette rencontre de haut niveau est une occasion pour le chef du gouvernement de prôner le renforcement de la coopération multilatérale avec ses interlocuteurs et d'échanger sur des programmes qui lient son pays aux deux institutions de Bretton Woods.

Le 17 octobre, au siège de la Banque mondiale, Philipe Houerou, vice-président exécutif de la Société financière internationale (Sfi), et Amadou Gon Coulibaly ont eu une importante séance de travail.

Les échanges fructueux entre le Premier ministre et l'équipe de la Sfi témoignent de l'excellence des relations de coopération entre la Côte d'Ivoire et l'institution financière. C'est du reste ce qu'a affirmé Amadou Gon. « Nous félicitons la Sfi pour son engagement aux côtés de la Côte d'Ivoire. Ses interventions dans le pays se chiffrent à plus de 700 millions de dollars de 2012 à 2018, (350 milliards FCfa). Nos relations sont excellentes », s'est réjoui le Chef du gouvernement. Qui a avait à ses côtés l'ambassadeur de la Côte d'Ivoire aux États-Unis, Haïdara Mamadou, le ministre de l'Économie et des Finances, Adama Coulibaly, et le ministre auprès du Premier ministre, chargé du budget et du portefeuille de l'État, Moussa Sanogo.

Amadou Gon Coulibaly a saisi l'occasion pour souligner que le secteur privé est au cœur de la stratégie de transformation structurelle de l'économie ivoirienne. D'où l'élaboration d'une stratégie de développement économique de la Côte d'Ivoire avec la Sfi sur la période 2020-2030. « Dans cette stratégie, la part du secteur privé est importante. Nous sommes en train de réaliser avec vous une étude qui nous permettra ensemble de mettre en place une stratégie. Ce rapport est prêt et nous aurons une discussion avec la Sfi pour nous accompagner dans le dynamisme du secteur privé ivoirien ».

Le Premier ministre a également plaidé pour le financement de l'institution dans des domaines tels que le tourisme et le logement, des secteurs à fort potentialité et qui nécessitent des investissements importants. Les discussions entre la Côte d'Ivoire et la filiale du Groupe de la Banque mondiale ont également porté sur l'accès aux financements des Pme. Sur ce point, le Chef du gouvernement a exhorté le vice-président à renforcer les actions du groupe dans le secteur financier. « Nous sommes ouverts à des réflexions sur des modalités plus efficaces pour le renforcement du système financier », a-t-il laissé entendre.

Philipe Houerou, lui, n'a pas tari d'éloges sur le Premier ministre ivoirien, saluant notamment l'appropriation des indicateurs du Cpia par le pays. C'est-à-dire les critères d'évaluation de la politique et des institutions nationales. Il a, par la même occasion, rassuré que la Sfi accompagnera la Côte d'Ivoire dans les secteurs du tourisme, de l'efficacité logistique et des Pme.

A l'Agence multilatérale de garantie des investissements (en abrégé Miga), ce même 17 octobre, un peu plus tôt, Keiko Honda, vice-présidente exécutive de ce guichet du Groupe de la Banque mondiale, a affirmé : « C'est un honneur de travailler avec vous, nous sommes prêts à vous accompagner dans le financement de vos projets, dans le domaine du transport, de l'énergie. La Côte d'Ivoire a le volume du portefeuille de projets le deuxième plus important des opérations de la Miga en Afrique ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.