Congo-Kinshasa: Prison centrale de Makala - La FBCP boude la libération des bandits

Le ministre de la Justice a décidé de redonner la liberté à plus de cinq cents personnes détenues dans la maison carcérale principale de Kinshasa.

Une décision qui ne satisfait pas la Fondation Bill-Clinton pour la paix (FBCP) qui relève qu'elle a ciblé des non bénéficiaires, notamment les bandits de grand chemin dits « kuluna », au risque de les voir se livrer encore aux faits qui les ont conduits en détention.

La FBCP a fait remarquer que Makala compte 8 200 prisonniers et détenus préventifs dont huit cents seulement sont condamnés. Face à cette réalité, selon elle, l'Etat congolais n'a pas rendu service au peuple congolais en optant pour la libération des bandits. « Ces kuluna qui vont recouvrer aujourd'hui ou demain leur liberté risquent encore de commettre les mêmes délits et retourner en prison. Il aurait fallu libérer les responsables des familles qui, on le sait, ne sont pas encore condamnes », a estimé cette association, dans un communiqué du 18 octobre.

L'association a relevé également que le bâtiment du pavillon 11 de la prison, modifié et inauguré par le vice-ministre de la Justice, manque des prises secteurs. Celles placées par l'entreprise commise à la réhabilitaton de cette infrastructure, six au total, sont non seulement insuffisantes mais peu résistantes. « Elles ont toutes été brulées », a souligné la FBCP qui indique que l'eau courante est aussi inexistante, se demandant comment le prisonnier peut vivre dans ces conditions.

La FBCP, qui rappelle que cette libération n'a rien à voir avec celle des sept cents prisonniers demandée par le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, voudrait que les autorités politico-judiciaires et administratives du pays accélérent leur procédure judiciaire, dont les causes ne sont pas connues ni justifiées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.