Ile Maurice: Hôpital Jawaharlal Nehru - Un vivier d'aspirants politiciens

Cinq médecins de l'État ont démissionné de leur poste pour être candidats aux prochaines élections générales.

Le point commun entre eux : ils étaient tous affectés à l'hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle. Le psychiatre Dr Kailesh Jagatpal a ouvert le bal. Fin juin, il soumet sa démission comme président du Medical Council car il est pressenti pour être candidat aux législatives. Par la suite, en août, il démissionne du ministère de la Santé et descend sur le terrain au n°13 (Rivière-des- Anguilles-Souillac).

Suivra, selon nos recoupements, la démission du Dr Tasleem Mandarry, chirurgien général, il y a environ un mois. Il occupe aussi le terrain au n°13, dans l'attente d'un ticket de l'Alliance Nationale.

Ensuite, il y a eu les départs du Dr Jairajsing Luchoo, consultant et chef du département de cardiologie, et du Dr Dhanilall (Dev) Kowlessur, médecin urgentiste. Le premier devrait être candidat de l'Alliance Morisien au n°5 (Pamplemousses-Triolet). Candidature confirmée par la liste officialisée ce vendredi 18 octobre.

Quant au second, il avait obtenu l'investiture de cette alliance au n°12 (Plaine- Magnien-Mahébourg).

Le Dr Kowlessur a, toutefois, été remplacé par Kavi Doolub, après sa bourde quant au nom du Premier ministre - qu'il a appelé Anerood Kumar Jugnauth. C'était au lendemain de sa première prise de parole en public lors d'un congrès à Mahébourg, la veille. Depuis, on laisse entendre que ce dernier n'avait pas soumis sa démission avant de se présenter comme candidat...

Au cas par cas

La dernière démission en date est, ou plutôt, était celle du Dr Rajendranath Goordoyal, anesthésiste et Regional Health Director. En effet, il avait démissionné la semaine dernière, car il lorgnait un ticket orange au n°11 (Vieux- Grand-Port-Rose-Belle). Une farewell party avait même eu lieu en son honneur et il avait demandé à ses collègues de la circonscription leur vote. Sauf que, quelques jours plus tard, il a repris son poste. La liste des candidats de l'Alliance Morisien officialisée ce jour prouve qu'il a bien fait, il n'est pas dessus.

Sollicité, un préposé de la Public Service Commission nous réfère à l'article 117 de la Constitution. Il stipule qu'une démission peut être retirée avant qu'elle ne prenne effet, si la personne ou l'autorité à laquelle elle a été soumise consent à une rétractation. «C'est traité au cas par cas... »

Il nous revient également que le chirurgien orthopédique Dr Yehiya Oomar a lui aussi emboîté le pas à ses autres collègues. Sur sa page Facebook, on y trouve une vidéo où il se présente comme candidat au n°19 (Stanley- Rose-Hill) de l'Alliance Nationale et où on le voit en train de faire du porte-à-porte.

Dans le privé, seul un médecin généraliste, le Dr Anjiv Ramdhany, briguerait les suffrages lors du prochain scrutin au n°6 (Grand-Baie-Poudre-d'Or). Aucune autre démission de médecin exerçant dans le privé ne serait prévue.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.