Cote d'Ivoire: Mes vérités du 19 octobre 2019 - Célébrer Houphouët-Boigny

18 Octobre 2019

Hier, nous nous sommes souvenus de Félix Houphouët-Boigny. Du moins, nous qui avons bénéficié de son immense œuvre. C'était l'anniversaire de naissance de celui qui a façonné la Côte d'Ivoire, celui qui a su lui donner la résilience qu'on lui connaît aujourd'hui.

Ceux de notre génération et de celles avant la nôtre savent ce que le nom de Félix Houphouët-Boigny signifie dans l'histoire de la Côte d'Ivoire, de l'Afrique et du monde.

Il mérite d'être célébré, même si certains estiment que fêter l'anniversaire d'un mort paraît inopportun. Selon eux, c'est plutôt l'anniversaire de sa mort qu'on doit célébrer.

Mais Houphouët-Boigny, comme nous l'avons dit plus haut, n'est pas n'importe qui. C'est lui qui a mis fin aux travaux forcés. Il a été ministre dans de nombreux gouvernements français. C'est le père de l'indépendance de la Côte d'Ivoire.

S'il n'avait pas existé, il aurait fallu le créer. Certains diront sûrement aujourd'hui, en lisant ce texte, que nous avons sanctifié Félix Houphouët-Boigny.

A ceux-ci, nous donnons cette réponse tirée d'un texte écrit par l'un des disciples de Félix Houphouët-Boigny, Guy Pierre Nouama, qui l'a rejoint dans la félicité céleste : "L'homme a eu ses moments de faiblesses profondes. Incompris comme tous les porteurs d'un message qui transcende l'humain, il a connu plusieurs traversées du désert et d'autres épreuves qui ont révélé ses faiblesses d'être de chair (... ) Mis dans la balance, les torts qu'on peut lui reprocher ne peuvent pas prendre le dessus face à la grandeur de son œuvre au service de ses frères et sœurs.

Certes, il n'a pas su se retirer de l'action politique. Mais au regard de son œuvre, peut-on le lui reprocher, d'autant plus qu'il a eu la sagesse d'indiquer à tous clairement les moyens d'éviter l'aventure ? Comme Gramsci, il savait que le débat sur le fond permet d'éviter le déchirement des personnes." Houphouët-Boigny mérite donc d'être célébré. Mais pour nous, le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre, c'est s'inspirer de son œuvre pour faire mieux que lui, dans l'humilité qui est la marque des grands hommes. En sommes-nous capables ?

Lorsque nous regardons dans la cosmogonie politique ivoirienne, nous nous rendons compte que ceux qui crient partout qu'ils sont les dépositaires légaux, les héritiers putatifs de Félix Houphouët-Boigny n'ont rien retenu de sa vie, ni tiré aucune leçon des moments passés auprès du Vieux.

Ils n'ont pas compris que ce grand homme voulait après lui une équipe ; eux qui passent tout leur temps à œuvrer, à diviser. Ce sont eux qui, par leurs diverses actions de funambules, ont amené le grand schisme qui a vu la création d'autres partis comme le Rdr, l'Udpci.

Et l'on a assisté progressivement à l'émiettement de l'héritage de Félix Houphouët-Boigny. Aujourd'hui encore, ils sont à l'œuvre. Peut-on se réclamer Houphouétiste lorsqu'on déclare qu'un membre d'une autre formation politique n'est pas le bienvenu à une cérémonie ? L'Houphouétisme, disons-le, ne rime pas avec exclusion.

Lorsqu'en 2004, l'on a vu poindre à l'horizon le rassemblement "des enfants" du premier Président de la République de Côte d'Ivoire, tous nous avions poussé un ouf de soulagement. Parce qu'on savait que la Côte d'Ivoire, avec cette unité retrouvée, allait rebondir, après des années passées au purgatoire du fait de la gestion chaotique de la chose publique.

Et l'histoire ne nous a pas donné tort. Avec la naissance du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix en mai 2005, la reconquête du pouvoir a été aisée. Mieux, les actions entreprises dans la collégialité ont permis à la Côte d'Ivoire de retrouver sa place dans le concert des nations.

Que voulons-nous pour elle ? Cette question, chacun d'entre nous doit se la poser. La célébration de la naissance de Félix Houphouët-Boigny ou de sa mort doit être pour nous un moment de grande méditation. Les leçons de sa vie doivent nous servir d'aiguillon. Célébrer Houphouët-Boigny, ce n'est pas faire la politique du mégaphone qui consiste à se retrouver sur une place publique pour crier son "Houphouétitude".

Célébrer Houphouët-Boigny, c'est mettre en pratique son enseignement dont les fondements sont l'amour du prochain, le travail, l'ouverture vers l'autre, le rassemblement. C'est en mettant tout cela en musique qu'on rendra vraiment hommage à l'un des plus grands hommes que le monde connaîtra.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.