Ile Maurice: Un jour une circonscription no 6 - «Politisien, zot tou bann kouyoner»

«Si falé mo marsé, mo ranpé, mo rant dan loto mé mo pou al voté!» Lui, c'est Louis Roger Loloth, 77 ans, qui vit au bord de l'eau, à Grand-Baie, depuis sa naissance. Lorsque nous le rencontrons sur le seuil de sa modeste demeure, dans une petite ruelle qui mène vers la baie, le vieil homme discute de politique avec ses proches. Quelques minutes plus tôt, un candidat était venu se présenter à eux, pour solliciter des votes.

«Mo pou donn li so vot, mé bliyé si ou krwar demin li pou vinn ed ou!» lance Louis Roger Loloth. Pour lui, il n'y a nul doute qu'il ne reverra point ce candidat devant sa porte, s'il devient député après les élections. «Bann kouyoner sa! Bel bel promes zot fer, zot dir zot res isi mem. Mé apré, kan rod zot, kan bizin zot, zot kit Poudre-d'Or pou al res Mahébourg, pou ou pa amerd zot!»

Le vieil homme explique que sa vie à lui, une vie de misère, dit-il, ne va pas changer à cause des politiciens. «Sa ti pansion gagné-la, pey isi, pey laba, nanye pa resté. Si nou manzé enn ler, lot ler res koumsa mem. Nou pe risé nou geté ziska kotsa pou alé.» Quelles sont ses attentes pour le prochain gouvernement ? «Je n'attends rien. J'ai déjà 77 ans, mo'nn fini viv mo lavi, ki mo pou al fatig mo latet ar zot.»

À Goodlands, nous rencontrons Reshma Jhangai, qui elle aussi ne voit pas d'un bon œil cet exercice de quémander des votes. «Zordi, zot fer port-a-port, vinn rod vot. Kan ou bizin zot servis, zot dir ou non, mo bizin alé, pa pou gagn létan. Ki serti ena enn minis, enn dépité isi si zamé li la pou problem dimounn isi?» s'insurge-t-elle.

Par ailleurs, l'un des problèmes majeurs à Goodlands, selon cette jeune femme, c'est l'insécurité. «Zot met kamera kot Mediclinik alor ki akoté, ena enn kartié kot ti bizin meté mé pa finn meté. Lapolis pa trouv zot kot bizin, ena aksidan, dimounn lager, trapé baté. Il règne un sentiment d'insécurité à Goodlands», soutient la jeune femme. Il y a aussi ce gros problème de drogue, dit-elle, qui ne cesse de s'accroître. Ira-t-elle aux urnes le jeudi 7 novembre ? «J'irai certainement voter mais il faut voir le programme électoral, voir ce que chacun de ces candidats promet de faire pour l'endroit avant de prendre une décision», confie cette employée d'assurance.

Sharvan Ramkissoon, 19 ans, sait, lui, exactement ce qu'il veut des politiciens. Ce jeune homme qui souffre d'un handicap veut la création d'emploi pour les autrement capables. «Je suis des cours en communication et langues. Avec ce certificat, j'espère pouvoir avoir un job. Il faut que le gouvernement prenne des mesures afin que les handicapés puissent avoir un travail décent», dit Sharvan Ramkissoon. «Cela nous permettra de vivre décemment, sans devoir dépendre des autres et ce sera un soulagement.»

Le jeune homme est d'ailleurs très enthousiaste à l'idée d'aller voter pour la toute première fois, le 7 novembre. Il a déjà fait son choix. «Je vais voter car c'est mon droit. J'espère que le travail continue pour améliorer la vie des gens, pour que Maurice se développe davantage.»

Suresh Nabob, plus connu comme «Rajen tailleur», un habitant de Fond-du-Sac, a lui aussi déjà fait son choix. Il est d'ailleurs l'une des rares personnes de l'endroit à affirmer que la vie est bien à Maurice et surtout à Fond-du-Sac. Les inondations en début d'année dans cette région sont désormais choses du passé, dit-il. Car des drains sont en construction pour éviter qu'un tel scénario ne se répète. «Landrwa inn bien dévlopé, ena labank isi, dispenser, lapost. Tou seki bizin ena. La mo pé gagn 60 an novam, zot tou pé dir pou gagn Rs 9 000. 45 ans mo'nn travay tayer. Sa pansion-la pou enn ti kas en plus mo pou éré.»

La valse des politiciens se poursuit et une bataille féroce s'annonce dans le pays. Mais en attendant que les urnes livrent leur secret le 8 novembre, la vie continue au no 6.

Localités

Cap-Malheureux

Fond-du-Sac

Goodlands

Grand-Baie

Grand-Gaube

Petit-Raffray

Poudre-d'Or

Roche-Terre

The Vale

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.