Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Le MSF recommande l'implication de l'Etat congolais pour face à la flambée du choléra et à la rougeole

Dans un échange avec la presse locale de Goma, ce mercredi 16 octobre 2019, l'Ong « Médecins Sans Frontières » (MSF), qui intervient dans le domaine médical en RDC, a appelé les autorités congolaises à travailler beaucoup plus sur l'éradication des causes structurales de ces maladies, en vue d'en épargner la population victime.

Cet échange avec la presse locale consistait à faire une mise au point des activités de MSF au Nord-Kivu, en ce qui concerne les maladies de la rougeole et du choléra, présentes encore dans la province. Ce, en vue des échanges de coopération et d'information autour de cette question.

« MSF intervient aux côtés du Ministère de la Santé publique de la RDC pour la prise en charge des cas liés aux maladies de la rougeole et du choléra. Nous ne cesserons de dire que l'État congolais doit veiller à travers des structures, pour conjuguer les efforts afin de lutter contre ces maladies surtout au Nord-Kivu. Le MSF n'intervient que pour appuyer le Ministère », souligne Anthony Kergosien, chef de mission MSF-Hollande au Nord-Kivu. Il informe également que, la flambée de choléra qui a débuté depuis le mois de mai s'achemine progressivement.

« Il y a aujourd'hui de moins en moins de cas nouveaux de Choléra dans la zone puisque nous avions mis en place des unités de traitement mobile. Et aussi pour l'épidémie de la rougeole qui est très capitale et qui touche toute la RDC, il y a un système de vaccination mis en place pour lutter contre maladie », renchérit le Chef de mission de MSF-Hollande.

Des statistiques qui interpellent

Prenant la parole, Juliette Seguin, chef de mission adjointe à MSF-France au Nord-Kivu, décrit la situation actualisée du taux des cas de rougeole et de choléra au pays.

« Depuis le début de ces maladies jusqu'au 30 septembre 2019, nous avions enregistré 4.195 cas notifiés de la rougeole au Nord-Kivu parmi lesquels 2.453 ont été enregistrés à Goma. La zone de santé de KARISIMBI de Goma est la plus touchée avec 2.163 cas. et après la prise en charge des malades, nous avons enregistré 1.600 patients de Rougeole entre le 14 juin et le 15 octobre avec environ une centaine de cas compliqués. En ce qui concerne la flambée de choléra, » MSF » a soutenu la prise en charge d'un peu plus de 1.700 cas avec l'emplacement des structures temporaires dans les quartiers Kyeshero et Kasika entre le 13 mai et le 16 septembre. La situation évolue donc positivement c'est pourquoi MSF a mis momentanément fin à la prise en charge des patients, la situation évoluant positivement », précise Juliette Seguin.

Part de l'État congolais

Pour MSF, les autorités congolaises devraient travailler dans le sens de servir à toute la population congolaise et surtout celle de Goma, de l'eau potable pour éviter de contracter le Choléra

« Il y a une difficulté d'accès à l'eau potable à Goma, alors que le Choléra est lié à cela. L'État devrait aussi appuyé les activités de la vaccination à routine dans la zone qui jusque-là n'atteint pas le niveau qui permettrait à une certaine catégorie de personnes notamment les enfants à ne pas contracter cette maladie », ajoute le chef de Mission de MSF-Hollande au Nord-Kivu, Anthony Kergosien.

À lui de conclure qu'il y a nécessité d'intervention d'autres acteurs humanitaires pour s'attaquer directement aux causes de ces maladies, car précise-t-il le MSF est limité dans sa mission en RDC.

Le MSF se dit toutefois être prêt à accompagner l'État congolais en cas d'urgence.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.