Congo-Kinshasa: Goma - Le CLC organise une marche de protestation contre la corruption et l'impunité en RDC

Organisée par le Comité laïc de coordination (CLC), le samedi 19 octobre 2019 à Goma (Nord-Kivu), cette marche se veut un appel à l'éveil de conscience de la population, contre la corruption et l'impunité qui gangrènent le quotidien des congolais.

Les membres du comité laïc de coordination, les mouvements citoyens, les acteurs politiques et autres acteurs de la société civile ont pris d'assauts les artères principales de la ville de Goma, pour dire non à toutes formes de corruption et d'impunité en République Démocratique du Congo (RDC).

Les manifestants constatent que la RD Congo semble être aujourd'hui la « capitale mondiale de la corruption et de l'impunité », estimant qu'il faut couper cette chaine d'impunité qui s'observe au pays.

« C'est un devoir citoyen et même constitutionnel de tout congolais de manifester contre les antivaleurs et de chercher à vivre dignement. La cause est noble, c'est pourquoi nous nous sommes associés à cette initiative du CLC. Nous constatons qu'il y a des individus au pays qui prennent le luxe de détourner librement les biens du trésor public. Nous disons non à cela », a tonné Grace Omar acteur politique au sein du parti politique PLD.

Il dénonce en outre, le présumé détournement des 15 millions au niveau de la présidence de la République.

« Depuis que les 15 millions se sont volatilisés, il n'y a pas d'enquête sérieuse qui a abouti. La rétro-commission c'est du vol, ça n'existe nulle part dans une gestion du pays. C'est le peuple qui perd finalement. Aujourd'hui c'est 15 millions et demain ça sera plus. Si nous nous taisons, des individus vont s'enrichir sur le dos des congolais qui sont très pauvres », a estimé Grace Omar Matandiko qui appelle la Justice à faire impartialement son travail.

Une justice en léthargie

Espoir Ngalukiye, activiste au sein du mouvement citoyen « Lutte pour le Changement » qui a pris part à cette marche, pointe du doigt l'appareil judiciaire congolais qui selon lui reste impuissant face aux politiciens qui ont pris le pays en otage.

« Nous ne nous acharnons pas contre un individu mais, contre un système. Le président de la République avait dit qu'il y aurait une suite au niveau de la justice sur cette question de 15 millions de dollars disparus mais jusque-là, rien ne se dit et rien n'est fait. Nous, mouvements citoyens, allons continuer avec des marches que le CLC a initié jusqu'à ce que la justice rendra un verdict sur cette affaire des 15 millions où des proches du chef de l'État sont cités », précise Espoir Ngalukiye de la lucha.

Les organisateurs de cette marche se disent satisfaits de la réussite de leur initiative, promettant d'en organiser d'autres à Goma au cas où les revendications de la population congolaise ne trouvaient pas des réponses favorables auprès des autorités du pays.

Cette marche qui s'est déroulée sans incident, s'est clôturée par le dépôt d'un mémorandum auprès du Président de la cour d'appel de Goma qui a promis de transmettre les revendications à qui de droit, tout en appelant les manifestants à faire encore confiance à la justice de la congolaise.

Dans la capitale à Kinshasa, une marche similaire du CLC est prévue pour ce lundi 21 octobre 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.