Congo-Brazzaville: Le Comité du dialogue consulte, l'opposition sceptique

Les consultations des partis politiques, de la société civile et autres forces vives de la nation congolaise par le Comité de dialogue devant déboucher sur un grand dialogue national entrent dans leur troisième semaine ce lundi 21 octobre. Elles ont été marquées la semaine dernière par un incident jugé « intolérable » par ce Comité à l'occasion des échanges avec les partis du centre. La Fédération de l'opposition quant à elle ne s'attend pas à grand-chose.

Une partie des organisations de la société civile sera vue ce lundi. La Fédération de l'opposition congolaise que dirige Claudine Munari est programmée pour le 2 et 3 octobre.

Elle a longtemps appelé au dialogue, mais s'interroge sur les thèmes à débattre. « C'est une simple balade pour le Comité du dialogue. Tout le monde sait de quoi souffre le pays », a déclaré Claudine Munari qui a récemment appelé à la libération des prisonniers politiques.

Consultés la semaine dernière, les partis qui se réclament du centre sont sortis des discussions avec une mauvaise note : un ancien ministre devenu député a agressé un dissident de son parti. L'agressé a porté plainte contre lui pour coups et blessures volontaires.

Le Comité du dialogue a annoncé qu'il fera le point de toutes ses activités en décembre prochain ; ce qui suppose que le dialogue national ne sera pas tenu avant la fin de l'année.

« Peu importe la date, il faut que les Congolais dialoguent sincèrement avant la présidentielle de 2021, car celle de 2016 et le référendum qui l'a précédé ont laissé un goût amer », a fait savoir un analyste politique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.