Bénin: Dialogue - Un comité pour préparer les futurs projets de loi

Le temps de la mise en œuvre des recommandations du dialogue politique est arrivé. Mais en attendant la saisine de l'Assemblée, un comité technique doit être mis sur pied ce lundi.

Jeudi dernier, Patrice Talon a remis les conclusions aux parlementaires, membres de la conférence des présidents, à savoir le président de l'Assemblée nationale, les présidents des commissions et des groupes parlementaires parce que pour leur application des actes législatifs sont indispensables. Mais les recommandations ne peuvent pas arriver à l'hémicycle telles que présentées dans le rapport final. Il faut les transformer en avant-projet de loi. Un comité était donc nécessaire.

Ledit comité est composé de neuf membres. Il y a les quatre qui ont présidé le dialogue. Il en reste cinq à nommer, ce lundi. L'option a été faite de recourir en priorité à des juristes.

Et c'est le professeur Dorothé Sossa, facilitateur du dialogue, qui devrait en assurer la coordination.

Deux lois majeures déjà existantes seront retouchées : la charte des partis politiques et la loi électorale, deux textes que l'opposition estime être à l'origine de la crise.

Et puis il y a la loi d'amnistie générale à écrire. Même si le gouvernement en a précisé les contours, affirmant qu'elle va concerner uniquement les événements de la crise électorale, cette amnistie est très attendue...

C'est une des exigences fortes de l'opposition qui veut voir tous ses leaders à l'extérieur rentrer au Bénin sans être inquiétés. Elle souhaite également que la justice annule la convocation de l'ancien président Boni Yayi.

Une fois terminé, le travail du comité retournera à Patrice Talon qui le présentera en conseil des ministres avant la saisine de l'Assemblée nationale. Il n'y a pas de calendrier formel, mais certaines indiscrétions avancent fin novembre comme date idéale pour que tout soit prêt.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.