Burkina Faso: Morosité économique - Tahirou Barry fait son commerce électoral à Rood-Woko

Dans la matinée du vendredi 18 octobre 2019, le député Tahirou Barry a fait le tour du grand marché de Ouagadougou, Rood-Woko. Achats à gauche, échanges à droite, il a partagé les préoccupation des commerçants qui cherchent leurs repères dans un contexte de morosité économique.

C'est autour de 10 heures qu'un groupe de commerçants a accueilli par un tonnerre d'applaudissements le député Tahirou Barry, qui a aussitôt entrepris une procession d'une heure au tour du marché. «Tahirou Barry, le jeune président », « Tahirou, nous sommes avec toi », ces slogans scandés par ses admirateurs ont attiré au fur et à mesure les gens, venus grossir les rangs des manifestants.

Poignées de mains, échanges avec les commerçants, marchandage et quelques achats ont ponctué ce jour de marché de l'ancien président du PAREN. «Je le connais mais je ne connais pas son parti. Il ferait un très bon président ; c'est pourquoi ma famille et moi, nous voterons pour lui et j'invite tout le monde à en faire autant.

Le fait de venir nous voir pour s'enquérir de nos problèmes me suffit pour lui faire confiance », nous confie Souleymane Bikienga, qui tient fièrement un billet de 10 000F représentant le prix d'une chemise que l'homme politique vient d'acheter.

Chez les vendeuses de fruits, le candidat du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR) à la présidentielle prochaine a été accueilli par des complaintes. «Nous ne vendons plus rien.

Avant, nous pouvions vendre par jour au moins 25 000 F CFA mais maintenant, on peut passer toute la journée sans rien vendre parce que les étrangers ne viennent plus par peur des attaques terroristes. Ce qu'il nous faut, c'est la paix au plus vite car nous ne saurions continuer dans cette situation », se plaint Maïmouna Sorgho.

"Dans un contexte national marqué par une forte dégradation de la situation sécuritaire avec un impact grave sur les activités économiques, il était de notre devoir, en tant que parlementaire, d'aller sur le terrain pour échanger avec ces acteurs du tissu économique.

Avant, les fonctionnaires se faisaient aider par les commerçants ; maintenant, c'est l'inverse. Ce qui prouve que ces vaillants acteurs de l'économie nationale ont de sérieux problèmes. J'ai vu des gens qui ont d'énormes difficultés mais qui n'ont pas perdu l'espoir de voir les choses changer.

Je leur ai exprimé ma solidarité et je les ai invités à ne jamais douter de la capacité de notre Etat à se redresser face aux problèmes qui nous assaillent. Nous resterons proches d'eux et nous défendrons avec énergie leur cause, « a déclaré Tahirou Barry à la fin de sa visite.

Parmi les gens qui ont été enthousiasmés par cette visite, figure, Amadou Sawadogo, représentant des commerçants, qui s'est félicité que pour la première fois un homme politique soit allé toucher du doigt les réalités pas du tout enviables depuis un certain temps.»

J'espère que d'autres vont lui emboîter le pas pour que les solutions idoines soient trouvées à nos multiples problèmes. Actuellement, nous étouffons et nous ne savons plus à quel saint nous vouer ; nous voulons que les autorités prennent conscience de la situation », a-t-il souligné.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.