Burkina Faso: Rencontre Etat/Secteur privé - Pour intégrer des entreprises dans les chaînes de valeurs

21 Octobre 2019

La rencontre Etat/Secteur privé s'est ouverte, le lundi 14 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, sous la présidence du Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré.

Cadre privilégié d'échanges entre l'Etat et le secteur privé, la 2e édition rencontre nationale du Cadre de Concertation et d'orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé se tient, les 14 et 15 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, sous le thème « Stratégies d'intégration des entreprises burkinabè dans les chaînes de valeurs nationales, régionales et internationales ».

L'ouverture de la rencontre s'est tenue le lundi 14 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, sous la présidence du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré.

L'objectif de ce dialogue est de lever de façon concertée les entraves à l'émergence d'un secteur privé créateur d'emplois et de richesses, a affirmé M. Dabiré.

La présente rencontre, à en croire le chef du gouvernement, est l'aboutissement d'un processus « innovant » qui a impliqué tous les acteurs tant au niveau régional que sectoriel.

En effet, du 27 au 6 juin 2019, se sont tenues dans les 13 chefs-lieux des régions, des concertations qui ont permis d'examiner les préoccupations du secteur privé au niveau de chaque région.

Les recommandations majeures issues des rencontres régionales ainsi que les préoccupations spécifiques des différents secteurs d'activités, ont fait l'objet d'échanges lors des concertations sectorielles tenues les 17, 23 et 24 septembre 2019.

La deuxième rencontre est donc l'occasion, de l'avis du Chef du gouvernement, d'échanger sur les actions concrètes à initier pour la mise en œuvre des recommandations résultant des discussions préliminaires.

Selon le Premier ministre, le Burkina Faso doit trouver les voies et moyens pour promouvoir la compétitivité de ses entreprises dans un environnement international fortement concurrentiel.

2022 en ligne de mire

Le représentant de la chambre du commerce, et de l'industrie du Burkina Faso, Lassiné Diawara, a traduit sa reconnaissance au gouvernement pour ses initiatives en faveur du secteur privé.

L'une des meilleures stratégies pour y arriver est d'assurer l'insertion des entreprises dans les chaines de valeurs, a-t-il poursuivi.

« La vision du gouvernement est d'amener le Burkina Faso à s'insérer dans les chaines de valeurs mondiales, en s'arrogeant des parts importantes de marché de produits manufacturés tant au niveau national, régional qu'international », a-t-il ajouté, soulignant que l'objectif global de la stratégie nationale d'industrialisation procède de cette logique.

« La mise en œuvre réussie d'une telle stratégie permettra d'accroitre sensiblement, à l'horizon 2022 la part d'industrie manufacturière dans le PIB et celle des produits manufacturés dans les exportations du Burkina Faso », a indiqué le Premier ministre.

Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement dit compter sur les réflexions et propositions « pertinentes » des participants au cours de ces échanges.

Le représentant du président de la chambre du commerce, et de l'industrie du Burkina Faso, Lassiné Diawara, par ailleurs, président de la délégation consulaire des Hauts-Bassins, a traduit sa reconnaissance au gouvernement pour ses initiatives en faveur du secteur privé.

En effet, tout en saluant l'accompagnement des entreprises locales dans la certification et la normalisation de leurs produits, M. Diawara s'est réjoui du choix thème de la présente rencontre.

Pour lui, le choix de ce thème conforte le secteur privé quant à la volonté du gouvernement de trouver des solutions aux préoccupations majeures du secteur privé dans la mondialisation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.