Burkina Faso: Recensement général de la population et de l'habitation

21 Octobre 2019

L'Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) a organisé, le vendredi 11 octobre 2019 à Manga, une rencontre d'information et de sensibilisation à l'endroit des forces vives de la région du Centre-Sud sur le 5e Recensement général de la population et de l'habitation (RGPH).

L'Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) souhaite une pleine implication de tous les acteurs nationaux dans le processus d'opérationnalisation du 5e Recensement général de la population et de l'habitation (RGPH), prévu du 16 novembre au 15 décembre 2019 au Burkina Faso.

A cet effet, il a organisé une rencontre d'échanges avec les forces vives de la région du Centre-Sud, le vendredi 11 octobre 2019, à Manga. La session a servi de cadre pour expliquer aux participants le déroulement de l'opération et les enjeux y relatifs.

Le directeur général adjoint de l'INSD, Bernard Béré, a confié que le 5e RGPH va nécessiter plus de 18 milliards FCFA et la mobilisation de 20 916 agents recenseurs. Il aura comme particularité de se tenir dans un contexte sécuritaire difficile avec un déplacement important de populations, a-t-il ajouté.

Il a précisé que les grandes innovations de cette édition concernent notamment le recrutement en ligne des agents recenseurs et l'utilisation des outils multimédias pour la collecte des données sur le terrain et leur traitement.

Les participants ont été invités à s'impliquer pour la réussite de l'opération.

L'intérêt du 5e RGPH, selon M. Béré, est qu'il permettra de disposer de données actualisées sur l'effectif de la population, sa composition, sa répartition spatiale, ses mouvements...

Ces indicateurs démographiques, a-t-il soutenu, sont nécessaires pour une bonne planification des objectifs nationaux de développement.

«Ils se présentent également comme la clé d'orientation des gouvernants sur les politiques d'amélioration des conditions de vie des populations», a renchéri la gouverneure du Centre-Sud, Josiane Kabré.

Les participants, dans leurs interventions, ont salué l'organisation de la session d'information et d'échanges à leur intention.

Leurs préoccupations ont principalement porté sur la sécurité et la fiabilité des technologies mobiles (smartphones) prévues pour l'opération de collecte des données.

Concernant la question sécuritaire, la gouverneure Josiane Kabré a soutenu que quoique la région soit dans une «relative accalmie», les Forces de défense et de sécurité (FDS) seront mises à contribution pour «un bon déroulement» du processus.

S'agissant des probables problèmes techniques liés à l'utilisation des technologies mobiles, le directeur général adjoint de l'INSD, Bernard Béré, s'est aussi voulu rassurant : «Dans chaque province, nous aurons des informaticiens qui seront là pour assister les agents en cas de problème technique. Nous avons prévu également pour eux des supports-papiers pour pallier les difficultés qu'ils auront à rencontrer avec les appareils».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.