Ile Maurice: Matricide allégué - Accusé d'avoir découpé sa mère et balancé son corps d'une falaise

L'horreur à L'Avenir, St.-Pierre. Les habitants se remettent à peine de la nouvelle. Une habitante de la localité, qu'ils connaissent, a trouvé la mort dans des circonstances atroces...

Nazmah Bibi Rummun, 64 ans, aurait été tuée puis découpée. Par nul autre que son fils Shakeel, 32 ans. Les recherches pour retrouver le corps de la victime, qui a été balancé d'une falaise au Souffleur, ont repris dans la matinée de ce dimanche 20 octobre. Le suspect a été arrêté, de même que son épouse, soupçonnée de complicité.

Les faits remontent au jeudi 18 octobre. Selon les voisins, Nazmah s'est rendue à la mosquée qui se trouve à quelques mètres de son domicile à la mi-journée pour assister à une séance de prière. Un rituel habituel pour la sexagénaire, décrite comme une personne douce et de nature réservée. Mais c'est la dernière fois qu'elle a été aperçue en vie ce jour-là...

Ne la voyant pas à son retour du travail, Farook, l'époux de la victime, se lance à sa recherche, sillonne la localité avant d'alerter la police. Le chauffeur de taxi de profession est loin de se douter de ce qui l'attend.

Très vite, les soupçons de la police se portent sur le fils de Nazmah, Shakeel. L'épouse de celui-ci, Nishita, 21 ans, est également interrogée. Face aux questions de la police, elle craque. Elle avoue que c'est bien son mari qui a tué sa belle-mère, jeudi soir. Les motifs de cet acte demeurent à ce stade flous.

Ce que l'on sait de source policière, c'est qu'une fois le forfait commis, Shakeel aurait découpé le corps avant de le mettre dans une valise. Il aurait ensuite parcouru 50 km en taxi pour se rendre au Souffleur avant de s'en débarrasser. Le chauffeur du véhicule est actuellement recherché. À hier, des traces visibles de sang s'étendaient toujours sur quelques mètres au Souffleur, soit plusieurs heures après les faits.

Au domicile familial, théâtre du drame, les membres du Scene of Crime Office ont également prélevé des échantillons de sang, qui était toujours répandu sur le sol même si quelqu'un semble avoir essayé de tout nettoyer...

Une question taraude, tourmente proches et amis : comment ce jeune homme a-t-il pu infliger cela à sa propre mère ? D'autant plus que tous sont connus dans la localité comme étant des gens «sans histoire». Un des voisins que nous avons rencontrés sur place et qui veut conserver son anonymat, cache à peine sa stupeur face aux événements. «Nazmah ti enn dimounn bien trankil. Nou koné zot ti pé res la mé nou pa koné si zot ti éna problem. Garson-la nou pa koné ki li ti pé fer. Nou pa demandé oussi.» Le voisin dit ignorer si les rumeurs évoquant un acte de sorcellerie comme étant à l'origine du drame, sont fondées.

Hier après-midi, le présumé meurtrier et son épouse ont tous deux comparu devant la Bail and Remand Court avant d'être reconduits en cellule policière. La jeune femme est sortie de la cour en pleurs. À ce stade, très peu d'informations sont disponibles sur le degré de complicité de celle-ci. Par ailleurs, le frère aîné du suspect, qui habite en Angleterre, a fait le déplacement hier pour soutenir son père, complètement désemparé.

Tout ce que la famille souhaite désormais, c'est de retrouver le corps de Nazmah pour faire le deuil.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.