Burkina Faso: Congrès sur la miséricorde divine - Ouagadougou abrite la 4e édition prévue du 18 au 24 novembre

21 Octobre 2019

Placé sous le thème « La Miséricorde divine, une grâce pour notre temps », ce 4ème Congrès se veut être un rassemblement de croyants dans leur diversité pour célébrer, promouvoir et vivre la fraternité sous le signe de la Miséricorde divine, force pour relever les défis brûlants de l'Afrique et de Madagascar.

Selon le principal orateur du jour, le Cardinal Philippe Ouédraogo, il sera aussi une réponse à l'appel du Pape Jean Paul II qui veut « qu'ensemble, nous puissions donner à notre monde de nouveaux signes d'espérance en agissant pour que grandissent la justice et la solidarité et que s'affirme une nouvelle culture de la vie humaine pour l'édification d'une authentique civilisation de la vérité et de l'amour ».

Pour l'Archevêque métropolitain de Ouagadougou, ce Congrès « s'inspirera de la richesse de la parole de Dieu, du magister de l'Église et abordera les thématiques cruciales telles que la pauvreté, les guerres, les conflits, le tribalisme, la corruption, des maux qui affligent le continent africain ».

Avec pour objectif général de relever les défis brûlants de l'Afrique, de Madagascar et du monde entier et donner de nouveaux signes d'espérance, il s'agira lors de ce Congrès d'approfondir la connaissance de la Miséricorde divine, de promouvoir l'expérience et la pratique de la Miséricorde divine en Afrique, à Madagascar et dans le monde entier.

Aussi, il s'agira de redécouvrir comment et en quoi la Miséricorde divine constitue une grâce et une force pour affronter et relever les défis de notre temps, surtout en Afrique et à Madagascar.

Ce Congrès sera organisé sous forme de conférences et de panels, de plénières et de carrefours avec quelques moments d'immersion. Une conférence inaugurale sur le thème général du Congrès marquera le lancement des travaux.

« Dans sa dimension liturgique, il comportera des célébrations eucharistiques, l'adoration du très Saint sacrément, le sacrement de la réconciliation, l'heure de Miséricorde et un pèlerinage au sanctuaire Notre Dame de Yagma » à précisé le Cardinal.

Prévu pour se tenir du 18 au 24 novembre prochain, le Congrès s'organisera essentiellement autour de trois axes: la prière, la réflexion et le témoignage.

Et comme activités, à en croire le Cardinal Philippe Ouédraogo, il est prévu la soirée de la miséricorde le 1er novembre, une occasion excellente aux dires du Cardinal pour sensibiliser, passer des messages et en même temps mobiliser des fonds.

« Le côté inter-religieux et œcuménique sera pris en compte pendant cette soirée de la Miséricorde divine. Nous aurons aussi des animateurs issus de différentes confessions religieuses.

Il y aura des témoignages, des intercessions. Il y aura en outre, une collecte de fonds pour l'organisation du Congrès et également pour réaliser certaines œuvres de miséricorde », a précisé l'abbé Paul Zangré, Curé de la paroisse Notre Dame des Apôtres de la Patte d'oie.

En outre, le 10 novembre à Yagma il y aura une journée de prière autour des déplacés internes qui vivent à Ouagadougou où dans les environs. « Nous allons prier pour une bonne représentation des déplacés vivant au milieu de nous.

Une occasion pour prier pour tous les défunts (chrétiens, musulmans, protestants) victimes des violences et en même temps nous allons prier pour les survivants qui ne savent où mettre la tête.

C'est un temps fort d'une œuvre de miséricorde, une anticipation à ce que nous allons vivre dans ce Congrès » a avancé le Cardinal.

Il est attendu à ce Congrès plus de 500 participants venant de l'Afrique, de Madagascar et du reste du monde.

Ils sont constitués de Cardinaux, Archevêques, Évêques, responsables laïcs de paroisses et de communautés chrétiennes de base, entre autres. Il est aussi ouvert aux fidèles chrétiens et à toute personne souhaitant découvrir et/ou approfondir le message de Miséricorde divine.

Cependant, pour pouvoir participer, selon le Cardinal Ouédraogo, il faut être un croyant soucieux de célébrer, promouvoir et vivre la fraternité sous le signe de la Miséricorde divine; parler soit le français, l'anglais, le mooré ou le dioula.

Il faut aussi avoir payé les frais d'inscription qui s'élèvent à 150 000 FCFA par personne pour les participants qui sont hors du Burkina Faso et du Niger; pour ceux résidant dans ces deux pays, ces frais d'inscription s'élèvent à 75 000 FCFA pour ceux qui veulent être logés, nourris et suivre les travaux.

Et la somme de 50 000 FCFA pour ceux qui veulent simplement être nourris et suivre les travaux. « Ces frais couvrent les frais de traduction du français et l'anglais, les repas et la logistique.

Il y a aussi une somme de 20 000 FCFA à débourser pour les personnes qui veulent participer et qui n'ont vraiment pas de moyens.

On veut par cette somme aider ces personnes. Il ne s'agit pas d'un congrès pour les riches, ce congrès est ouvert à tout le monde » a souligné le Curé Paul Zangré.

À noter que les inscriptions se font dans tous les secrétariats des différentes paroisses de la ville de Ouagadougou et sur le site : www.congresmisericordedivine2019.org.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.