Tirer parti des partenariats pour appuyer les systèmes innovants de faits d'état civil et de statistiques de l'état civil

17 Octobre 2019

Lusaka — Les participants de haut niveau à la cinquième Conférence des ministres africains responsables des faits d'état civil (COM5) ont eu l'occasion de se pencher sur la mise en place de partenariats dans les domaines des faits d'état civil et des statistiques de l'état civil dans leurs efforts continus à chercher des moyens de combler le fossé de l'identité sur le continent.

Des centaines de millions de personnes dans le monde n'ont pas de preuve d'identité légale, la majorité d'entre elles étant des enfants qui n'ont jamais été déclarés à la naissance.

Alors que l'amélioration des systèmes de CRVS prenant de l'ampleur en Afrique, des représentants de divers donateurs et partenaires de développement, notamment la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et UNICEF.

Le Centre d'excellence pour les CRVS et le Fonds mondial de financement ont présenté le financement et les initiatives des donateurs visant à améliorer certains aspects techniques des CRVS. L'objectif est de guider les pays sur les types d'appui disponibles auprès de différents partenaires et sur les moyens à mettre en place pour tirer parti de ces opportunités au profit des initiatives d'amélioration des systèmes de CRVS des pays.

Un représentant de la BAD déclare que l'institution est le principal bailleur de fonds de la capacité statistique en Afrique. Cela comprend un appui à la collecte de données, aux CRVS, à la production d'outils et de guides et à une assistance technique aux pays. La BAD s'emploie actuellement à mobiliser davantage de ressources pour soutenir les CRVS. La BAD réitère son engagement à soutenir l'amélioration des systèmes de CRVS à travers le continent et rappelle aux pays les divers moyens de demander un soutien à l'institution.

Le FNUAP, représenté par Fredrick Okwayo, du Bureau régional de Johannesburg, déclare que leur institution est déterminée à renforcer son soutien en Afrique au recensement et à l'amélioration des statistiques de l'état civil. En ce qui concerne le lien entre les données et le développement, le FNUAP continuera à appuyer le développement des données. Le FNUAP s'est également engagé à renforcer la déclaration et l'analyse des mariages et des divorces. S'agissant du recensement, le représentant confirme que le FNUAP a élaboré une note technique pour inclure davantage de variables relatives à l'état civil. L'institution des Nations Unies informe la réunion qu'elle organisera, en collaboration avec les gouvernements du Kenya et du Danemark, le 25ème anniversaire de la CIPD en Afrique, du 12 au 14 novembre 2019, à Nairobi, au Kenya. La conférence sera l'occasion de discuter de la question de l'amélioration des CRVS.

Pour sa part, le représentant du HCR, Cosmas Chanda, met un accent particulier sur le mandat de l'organisation, qui a pour mission de contribuer à l'élaboration et à la diffusion de statistiques sur les réfugiés, les rapatriés, les personnes déplacées de force et les apatrides. « Le HCR tient à maintenir son appui aux pays qui cherchent à améliorer leurs systèmes de CRVS pour améliorer la vie des gens », dit-il.

La représentante de l'UNICEF, Eri Suzuki, déclare que l'organisation est un membre actif du groupe principal APAI-CRVS. En ce qui concerne le thème de la Conférence des ministres, il est noté que les informations concernant les faits d'état civil et les déclarations de naissances et de décès constituent la source du système de gestion de l'identité. L'UNICEF souligne également l'importance du secteur de la santé pour maintenir un système d'interopérabilité. L'importance des ressources nationales pour appuyer l'amélioration du système des CRVS a été soulignée lorsque l'UNICEF a réitéré son engagement à aider les pays et à renforcer les partenariats visant à améliorer le système des CRVS.

Le représentant de l'OMS indique que son étroite collaboration avec l'UNICEF dans le secteur de la santé et que l'amélioration du système des CRVS sont essentiels pour la promotion de la santé. L'institution s'engage à aider les pays dans les domaines des déclarations de décès et des causes de décès. L'OMS informe la réunion du lancement, en collaboration avec l'UNICEF, d'une ligne directrice sur la contribution au secteur de la santé pour l'amélioration du système des CRVS.

Le Centre d'excellence (CoE) réitère son engagement à être un pôle mondial de génération et de diffusion de connaissances en matière de CRVS. Le CoE annonce le développement en cours d'un produit de connaissance sur les investissements dans les CRVS. Divers appuis et initiatives sont été mentionnés, notamment le renforcement des capacités des experts-pays des CRVS et des consultants locaux. Une base de données de consultants locaux est également développée.

Les présentations ont été clôturés par Maletela Tuoane-Nkhasi du Fonds mondial de financement (GFF) qui souligne la nécessité d'améliorer la déclaration des décès évitables de femmes et d'enfants. GFF a fourni une aide financière à 10 pays pour un montant de 20 millions de dollars américains afin d'améliorer le système des CRVS. Les différents appuis fournis comprennent l'assistance technique et la coordination, l'alignement entre partenaires, le développement de produits de connaissance et le renforcement des capacités en matière de CRVS.

Tous les partenaires espèrent que la Conférence fournira des orientations stratégiques et politiques sur les voies menant à des systèmes globaux, innovants et intégrés de faits d'état civil et de statistiques de l'état civil et de gestion de l'identité numérique afin de combler le fossé de l'identité en Afrique, où plus de 500 millions de personnes n'ont pas d'identité légale.

Publié par :

La Section des communications

Commission économique pour l'Afrique

BP 3001

Addis-Abeba (Éthiopie)

Tél. +251 11 551 5826

Adresse électronique : eca-info@un.org

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.