Cameroun: Mvangan retrouve paix et sérénité

Au lendemain d'un mouvement d'humeur observé les 16 et 17 octobre derniers, le ministre d'Etat, Jacques Fame Ndongo est allé à la rencontre des différentes communautés prôner la paix.

Echanges francs, samedi dernier, entre le ministre d'Etat, Jacques Fame Ndongo, et les porte-parole des différentes communautés, principalement Bulu et Bamoun, vivant dans la ville de Mvangan, chef-lieu de l'arrondissement du même nom, département de la Mvila, à 105 km d'Ebolowa. « Je ne suis pas venu organiser un tribunal, mais vous écouter afin de comprendre les causes des remous sociaux observés mercredi et jeudi derniers et vous transmettre le message de paix du président de la République, président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) et du secrétaire général du Comité central », a tout de suite précisé Jacques Fame Ndongo, qu'accompagnait Alexandre Legrand Ngoutcheme, secrétaire général des services du gouverneur de la région du Sud, coiffée par Félix Nguélé Nguélé.

La question essentielle était déjà de savoir ce qui s'est réellement passé à Mvangan les 16 et 17 octobre derniers. L'on apprend alors que les populations autochtones ont exprimé leur mécontentement contre les allogènes. Résultats, il y a eu des casses des étals tenus par ceux-ci. Comment en est-on arrivé là dans cette ville de Mvangan, terre d'hospitalité par excellence. La réponse est donnée par Daniel Bindjeme, jeune de Mvangan révèle qu'après « les folles journées de Sangmelima », Mvangan et ses environs enregistrent l'arrivée massive de « nouveaux inconnus » qui, de son avis, bénéficient des facilités liées au transport et à l'hébergement offertes par « leurs frères, plus anciens et connus ».

Conséquence : la peur s'est installée dans la ville, ajoute-t-il, précisant que ce sentiment avait été renforcé par des informations venant de Sangmelima, soutenant qu'il y avait, dans ces arrivées massives, des personnes recherchées par les forces de sécurité. Après Mvangan-Village et Mebo'o-Yegap où il a prôné les vertus de paix, de cohésion sociale et du vivre ensemble, Jacques Fame Ndongo est allé au quartier Bamoun. Tel un pèlerin, il a tenu un discours rassurant, déclarant ceci : « Vous êtes ici chez vous, vous êtes des « Mvanganois » et personne n'a le droit de dire que vous êtes des étrangers ». Les assurances du ministre d'Etat, selon Nji Lame Adamou, le chef de la communauté Bamoun, installé à Mvangan depuis 1946, ont su redonner confiance après « la frayeur » observée en milieu de semaine. Le membre du gouvernement termine sa journée par une tournée dans les familles, une visite aux commerçants du marché central, un encouragement aux transporteurs à la gare routière et une mise au point finale avec tout le monde sur la Place des fêtes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.