Congo-Brazzaville: Vie des partis - L'UMP se justifie suite à l'incident du 16 octobre

Dans une mise au point faite dimanche à Brazzaville, la formation politique que dirige Digne Elvis Okombi Tsalissan a donné sa version des faits sur la sérieuse altercation survenue lors de la rencontre entre la délégation du secrétariat permanent du Conseil national du dialogue et les partis du Centre.

L'Union pour un mouvement populaire (UMP) a indiqué que, le 16 octobre, le tour des entretiens avec le Conseil national du dialogue revenait aux partis du Centre dont elle en est la formation pilote en termes d'élus. Malheureusement, son président fondateur ayant été empêché, notamment le député Digne Elvis Okombi Tsalissan, avait délégué un des membres du bureau exécutif national pour le représenter. Ce dernier ayant été lui aussi empêché, selon l'UMP, les usurpateurs, c'est-à-dire l'aile de Jean Valère Mbani, ont profité de ces deux absences pour prendre part aux échanges avec le Conseil national du dialogue, foulant au pied une ordonnance de justice datant du 29 mai dernier, interdisant aux auteurs de la déclaration du 7 du même mois, dont Jean Valère Mbani, André Michel Otéré Ikongo, Patrice Bienvenu Zekakany ainsi qu'à tout autre membre d'utiliser le nom de l'UMP jusqu'à la tenue du congrès.

L'UMP a poursuivi qu'informé de l'absence de son délégué à cette rencontre, alors qu'il était en réunion à l'Assemblée nationale, Digne Elvis Okombi Tsalissan est appelé par un des membres du Conseil national du dialogue pour signaler cette absence. Vu l'importance de la réunion, à la dernière minute, son président fondateur s'en était empressé de la rattraper. Arrivé malheureusement à la fin, Digne Elvis Okombi Tsalissan constatait sur les lieux la présence de l'aile dissidente.

Alors qu'il cherchait à échanger avec Jean Valère Mbani, le premier vice-président de ce parti, pour lui demander en vertu de quel droit il continuait de participer aux activités de l'UMP, Frédéric Lahouya, l'un des dissidents, surgissait et le prenait au collet pour l'empêcher d'aller vers le premier vice-président. Pour l'UMP, c'est en cherchant à se débarrasser de lui que son président, Digne Elvis Okombi Tsalissan, va le faucher et ce dernier termina sa chute sur une pierre.

Ce parti a tenu à rappeler qu'à la veille de cette réunion, une pré rencontre des partis du centre avait décidé de la non-participation de Jean Valère Mbani et son groupe. Mais c'est l'intervention, toujours selon l'UMP, du directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur qui a donné des injonctions au collège des présidents des partis du centre pour que les dissidents de l'UMP y prennent part. A en croire l'UMP, c'est le même directeur de cabinet qui avait, la veille du défilé du 15 août dernier, instruit la préfecture de Brazzaville afin d'interdire sa participation et celle de la Dynamique Po na ékolo au défilé.

Précisons que la victime de cet incident, Frédéric Lahouya, a porté plainte contre Digne Elvis Okombi Tsalissan pour coups et blessures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.