Cote d'Ivoire: Débat Grin 2.0 sur les violences électorales - Dié Grâce, Gala Kolebi, Diarra Yacouba et Bamba Madia confrontent leurs visions

Le vendredi 18 octobre 2019, s'est tenue au pavillon Latrille d'Abidjan, aux 2 Plateau-Cocody, la première édition de la conférence-débat dénommée "Grin 2.0" organisée par l'entreprise de médias et d'événements «Info Tracker » en collaboration avec l'ambassade de la Grande Bretagne en Côte d'Ivoire.

Cette première édition du "Grin 2.0" a porté sur le thème :<>. Modéré par le journaliste Fernand Dédeh, le débat a réuni Dié Grâce, juriste, présidente d'Ong et activiste du parti politique Rhdp, , Gala Kolebi, écrivain-activiste sociopolitique "Gbagbo ou rien" (Gor), Diarra Yacouba ( dit Jacob Lion), activiste sur les réseaux sociaux, membre du bureau politique Rhdp, et Bamba Madia, bloggeuse, représentant la société civile.

Chaque débatteur a donné une définition subjective de la "violence" dans le contexte électoral, suivi de l'analyse situationnelle des indicateurs de violence. Pour Dié Grâce, proche du Rhdp, toutes les conditions sont réunies pour une élection sans violence en 2020.

Entre autre indices, elle a cité la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei) mise en place "conformément aux normes de la cour africaine des droits de l'homme". Elle a aussi cité la volonté du peuple ivoirien de ne plus revivre des atrocités liées à une élection présidentielle.

Prenant le contre-pied de son prédécesseur, Gala Kolebi s'est montré pessimiste quant à l'élection présidentielle de 2020, en évoquant le mot "Rattrapage" du président de la République, et le cas de la Cei qui est selon lui, une Cei non consensuelle, car « instrumentalisée »par le parti au pouvoir.

Diarra Yacouba, s'est montré optimiste à l'instar de Dié Grâce. Bamba Madia, pour le compte de la société civile, a coupé la poire en deux. Selon elle, la réforme de la Cei n'est pas satisfaisante. Elle a cité les conflits intercommunautaires dans certaines régions du pays.

Après une heure d'échanges, chacun des débatteurs a proposé sa solution pour une élection sans violence en 2020.

Il s'agit pèle mêle et indépendamment des orateurs de "réformer la Cei", "tenir des discours de paix et de cohésion sociale", "sanctionner les propos haineux", " du retour de l'ex président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé pour la réconciliation nationale", " de favoriser la liberté d'expression sur la chaîne nationale", etc.

Plusieurs personnalité ont pris part à cette conférence notamment Isidore Kouadio, représentant de l'ambassadeur de la Grande Bretagne en Côte d'Ivoire,Alafé Wakili, directeur général de L'Intelligent d'Abidjan, et d'autres journalistes de la presse nationale et internationale a Abidjan, ont assisté aux échanges.

Le grin2.0 est un rendez-vous mensuel d'échanges avec les différentes communautés, les influenceurs du web, et des hommes de médias.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.