Sénégal: Quand Macky traine avec ses impératifs pour un «Sénégal propre»

22 Octobre 2019

En lançant la campagne Sénégal «zéro déchet», le 8 août dernier, le chef de l'Etat Macky Sall avait relevé qu'il est impératif que des décisions soient prises afin de lutter contre l'insalubrité dans le pays.

Depuis lors, des semaines se sont écoulées sans que les mesures annoncées dans ce sens ne soient appliquées. Il s'agit entre autres de l'instauration d'une «Journée de nettoiement» et le lancement d'une «Semaine nationale de nettoiement» qui mettrait en compétition les communes.

Le jeudi 8 août dernier, lors de la cérémonie de lancement de la campagne nationale «zéro déchet», le président Macky Sall avait estimé qu'il est d'une impérieuse nécessité de rendre le Sénégal propre. «Il nous faut rendre le Sénégal propre. C'est un impératif. Et ce n'est pas négociable», avait-t-il martelé.

Mieux, le président de la République avaient tenu à mettre en garde ceux qui se réfugient derrière une recherche de travail pour justifier l'occupation de la voie publique. «Que personne ne nous dise que c'est pour gagner notre vie.

Il faut que les gens apprennent à travailler dans des espaces aménagés à cet effet», avait-il insisté.

Pour une application effective de ces directives, il avait donné instruction au ministre de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique, Abou Karim Fofana, pour qu'après la Tabaski toutes les dispositions soient prises afin de rendre le cadre de vie attrayant.

Des semaines se sont écoulées depuis lors, mais cette forte annonce ne semble pas être suivie à la lettre.

En effet, malgré les initiatives prises çà et là, Dakar, en particulier, tarde à retrouver la propreté et l'ordre qui ferait de la ville l'une des capitales les plus attractives. Pis, pour le moment, l'occupation anarchique continue de plus belle.

Des passerelles et les trottoirs continuent de servir de lieux de commerce pour des tabliers et autres marchands ambulants, au grand dam des piétons.

Pourtant, force est de rappeler que le président Macky Sall avait jugé qu'il est temps de libérer la voie publique pour y faire des aménagements et d'assurer le suivi des lieux déjà déguerpis.

L'autre mesure forte annoncée par le chef de l'Etat, c'est l'instauration d'une Journée de nettoiement. «Il faudra instituer une Journée de propreté à la fin de chaque mois, pour qu'un samedi ou un dimanche du mois, que tous les citoyens sortent de leurs maisons pour nettoyer leurs quartiers.

Et ce sera au niveau national. Nous verrons si ce sera un samedi ou un dimanche, nous attendons que le ministre nous donne la formalité de sa mise en œuvre pour prendre une décision».

Aucun évènement de ce genre n'a eu lieu depuis lors. Plus encore, une Semaine nationale de la propreté qui mettrait en compétition les communes avait également été annoncée. Pour l'instant, elle est en attente d'être réalisée.

En outre, il est a signalé aussi que pendant cette journée de lancement de la campagne «zéro déchets», le président Macky Sall avait donné les assurances quant au suivi jusqu'à termes des opérations.

«L'action que l'on commence aujourd'hui (jeudi 8 août, ndlr) ne va pas s'arrêter. Il faut, monsieur le ministre, et ça c'est votre responsabilité, aller jusqu'au bout», a-t-il dit en s'adressant à Abdou Karim Fofana».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.