Afrique: La Banque mondiale et le Fonds mondial consolide leur partenariat par un accord de co-financement

Washington — La Banque mondiale et le Fonds mondial ont signé un accord-cadre de co-financement visant à accélérer les efforts déployés par les pays pour en finir avec le VIH, la tuberculose et le paludisme et construire des systèmes pérennes pour la santé.

Cet accord-cadre énonce les grandes lignes d'une nouvelle façon d'aborder le financement conjoint par les deux organisations d'opérations de type investissement, ainsi que le financement en fonction des résultats.

Ces dernières années, le Fonds mondial et la Banque mondiale ont signé plusieurs accords de financement innovant, comme un rachat de crédit pour un programme de lutte contre la tuberculose en Inde, un projet de financement selon les résultats en République démocratique du Congo et un fonds fiduciaire multidonateurs pour l'Indonésie et le Sri Lanka.

L'accord-cadre devrait abaisser les coûts de transaction et jeter les fondements d'un partenariat plus solide en vue d'avoir un impact plus marqué.

« Le partenariat est inscrit dans l'ADN du Fonds mondial et l'action que nous menons aux côtés de nos partenaires comme la Banque mondiale accélérera le combat mené pour en finir avec les épidémies », indique Peter Sands, le Directeur exécutif du Fonds mondial.

« Les mécanismes de financement innovant peuvent jouer un rôle considérable au moment d'améliorer l'efficacité de nos investissements et de saisir de nouvelles occasions financières pour renforcer notre impact. »

« Un meilleur accès aux services de santé permet d'alléger le poids financier qui pèse sur les familles, améliore leur santé et consolide le capital humain des sociétés », déclare Annette Dixon, la Vice-présidente chargée du développement humain à la Banque mondiale.

« Le travail en partenariat et l'activation de nouveaux modèles de financement de la santé sont essentiels pour mieux servir nos pays clients et pour garantir des soins de santé abordables et de qualité pour tous. »

La première transaction qui devrait être régie selon les dispositions de cet accord-cadre concerne une proposition d'investissement du Fonds mondial et de la Banque mondiale au Laos pour avancer vers la couverture sanitaire universelle, les versements faits au pays étant conditionnés à des résultats spécifiques.

Les mécanismes de financement innovant viennent compléter le financement apporté par le Fonds mondial et la Banque mondiale et donnent plus de résonnance au financement national de la santé.

C'est ainsi que les deux organisations cherchent en permanence de nouvelles solutions pour accroître les financements nationaux et rendre les programmes plus pérennes.

Le 10 octobre, les donateurs présents à la sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial ont promis 14,02 milliards de dollars US pour les trois prochaines années - la somme la plus importante jamais recueillie pour une organisation multilatérale du secteur de la santé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Global Fund

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.