Mali: Des femmes s'engagent dans le djihadjisme

22 Octobre 2019

Selon le chef d'état-major adjoint de l'armée malienne, un nouveau pas vient d'être franchi avec l'engagement des femmes dans le djihadjisme. Une situation qui vient rappeler celle de Boko Haram au Nigeria.

L'information a été confirmée la semaine dernière par l'armée malienne. Des femmes ont activement participé à l'attaque terroriste du 30 septembre 2019 ciblant les postes militaires de Mondoro et de Boulkessy dans la région de Mopti, tuant deux civils.

C'est la première fois que l'armée malienne monte ainsi officiellement au créneau pour signaler la participation de femmes aux activités des djihadistes.

"On se rend compte qu'ils s'appuient en réalité sur un stéréotype de genre qui leur permette d'agir discrètement mais parfois de façon beaucoup plus efficace. Nous nous sommes rendu compte qu'elles pouvaient parfois agir ou se mouvoir dans les zones sous hautes surveillance sans être inquiétées. Et cette discrétion est un atout pour ces groupes armés non étatiques. En communiquant, c'est une façon d'alerter les soldats sur le terrain mais bien entendu de briser ce stéréotype de genre", soutient Ibrahim Maïga, chercheur à l'institut d'études de sécurité.

Boko Haram

Le phénomène des femmes kamikazes est bien connu au Nigeria. Elles sont en effet recrutés par la secte islamiste armé Boko Haram. Dans le contexte malien cette nouvelle donne s'expliquerait par la difficulté que les terroristes rencontreraient sur le terrain, explique Seidik Abba, journaliste écrivain, spécialiste de l'Afrique.

"Pendant très longtemps au Mali, le choix qui avait été fait par ces mouvements c'était d'épargner les femmes de la conduite des opérations elles-mêmes. Elles avaient d'autres missions que de poser des actes terroristes. Ce choix n'avait pas existé au Mali dans un premier temps jusqu'à ce qu'on arrive à la situation d´aujourd'hui ", déplore-t-il.

Pour l'expert en sécurité Ibrahim Maïga, les femmes doivent être davantage prises en compte dans tout le processus visant à apaiser les esprits.

"Cela montre que dans les politiques de réinsertion et de lutte, il faudrait aussi penser aux femmes. Ça demande à repenser toute la stratégie et à inclure les femmes pas uniquement en tant que vectrice de paix ou victimes mais aussi en tant qu'actrice de ces violences", suggère chercheur à l'institut d'études de sécurité de Dakar.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.