Afrique de l'Ouest: Protection des espèces menacées d'extinction - Les juges et procureurs de la sous-région en formation à Abidjan

22 Octobre 2019

Plusieurs juges et procureurs en provenance de sept pays francophones de la Sous-région ouest-africaine sont à Abidjan, pour une formation sur les obligations de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites) et la lutte contre la criminalité liées aux espèces sauvages.

Cet atelier de formation s'est ouvert le lundi 21 octobre et prend fin le vendredi 25 octobre.

A en croire le directeur de cabinet adjoint du ministère des Eaux et Forêts, le colonel Mé Kouamé Martial, qui a présidé la cérémonie d'ouverture, tous les pays de la Sous-région enregistrent une régression continuelle de leurs ressources naturelles, du fait non seulement de la nécessité de satisfaction des besoins croissants des populations, mais aussi et surtout du fait des prélèvements illégaux.

Et ces prélèvements touchent les ressources rares et protégées et sont écoulés par des réseaux de trafics transfrontaliers. « Ces trafics érodent notre riche biodiversité, menacent la viabilité de nos économies et la stabilité de nos pays », a-t-il dépeint.

Il faut une réponse sur tous les plans et y compris le plan judiciaire à cette criminalité liée aux espèces sauvages. Et c'est à cela que répond l'organisation du présent atelier de formation, qui s'appuie sur la Cites.

Le but de la rencontre, comme l'a rappelé le directeur général adjoint des forêts et de la faune, le colonel Jérôme Aké, est de consolider les compétences des participants en ce qui concerne la mise en œuvre des obligations des pays parties en matière de Cites.

Mais également favoriser la coopération des organismes en charge de l'application de la loi et de la protection des ressources naturelles au sein des pays et créer des synergies d'actions entre les différents pays participants.

L'organisation de l'atelier bénéficie de l'appui financier et technique du Programme sur la biodiversité et le changement climatique en Afrique de l'Ouest (Wa Bicc), l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (Usaid) et l'Ong Born Free Usa qui se montre très active dans la facilitation de la mise en œuvre de la Cites.

Adoptée en 1973, la convention Cites a pour but de veiller à ce que le commerce international des animaux et des plantes sauvages, ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent.

Cette convention passe nécessairement par l'adoption et la mise en œuvre de mesures juridiques spécifiques au sein des Etats, ainsi que par l'organisation d'actions concertées entre les Etats parties.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.