Togo: 100 hectares emblavés donnent droit à une prime - laquelle ?

2022, c'est dans un peu plus de deux ans. Et les cotonculteurs togolais ont un objectif à atteindre, c'est la production de 200.000 t de coton.

Pour honorer cet engagement ou atteindre cet objectif, la FNGPC (Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Coton) monte au créneau. Ceci, non pas pour autre chose que d'encourager les cotonculteurs à œuvrer afin que cet objectif soit atteint.

En tournée dans les Savanes, les membres du Conseil d'Administration et du Conseil de surveillance de cette structure, ont « discuté avec les cotonculteurs, recensé leurs préoccupations et les ont motivé » pour une implication plus accru dans la dynamique de l'atteinte de l'objectif précité. C'est du moins ce que renseigne le nouveau président élu du Conseil d'Administration de la FNGPC, Kouroufei Koussouwè.

Et pour amener ces cotonculteurs à une amélioration des rendements, à l'hectare, la FNGPC annonce une prime supplémentaire pour les producteurs de coton. Selon les informations, tout cotonculteurs qui réussira à emblaver 100 hectares et aura un rendement d'une Tonne à l'hectare, bénéficiera d'intrants, d'après M. Koussouwè.

Aussi, indique-t-on, que ces cotonculteurs pourront avoir également droit à des engrais vivriers de la part du MIFA, pour les cultures céréalières qu'ils auront à développer parallèlement.

Tout en ayant un caractère de prime, cette mesure devra aussi permettre à ce que les intrants pour le coton soient uniquement destinés au coton et que ceux destinés aux cultures vivrières soient utilisés uniquement pour les cultures vivrières.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.