Congo-Kinshasa: Nouvelles technologies de l'information et de la communication - La RDC trop « lourde » pour amorcer le virage électronique

Le retard accumulé ne permet pas d'envisager des solutions profondes dans un pays qui poursuit rapidement sa transformation numérique. Pourtant, un domaine stratégique et en pleine croissance comme le commerce électronique s'y impose progressivement mais de nombreuses contraintes à surmonter existent pour passer à la vitesse supérieure.

La République démocratique du Congo (RDC) vit indiscutablement dans l'ère du digital, des applications Smart et des réseaux sociaux. Aussi certains experts imaginent-ils des solutions digitales pour assurer, par exemple, la distribution rapide des produits d'assurance après la libéralisation du secteur en mars 2015. Mais, insistent-ils, rien ne peut se faire sans une réelle flexibilité réglementaire et juridique dans ce secteur.

En effet, il est clair que la loi congolaise doit commencer par reconnaître les transactions numériques. Pour éviter de se confronter à la rigueur de la loi, d'autres experts recommandent tout simplement la prudence et l'utilisation des courtiers ou des banques bien implantées localement qui devront, bien entendu, être reconnus également par l'Autorité de régulation et de contrôle des assurances.

Le débat reste ouvert sur les opportunités réelles du numérique pour le pays dans tous les aspects de la vie nationale. Dans l'une de nos dernières livraisons, nous faisions état de la présentation par le président Félix Tshisekedi d'un plan national du numérique qui devrait accompagner certaines actions fortes du gouvernement de la République, notamment la lutte contre la corruption.

Au regard de son ampleur à Kinshasa et dans les autres grandes villes du pays, le commerce électronique devient un véritable phénomène dans le pays. A ce niveau, des problèmes de plusieurs ordres se posent dans son développement, entre autres, la notion de confiance indispensable dans un commerce virtuel. Par la suite, le pays doit suffisamment roder son mécanisme de paiement en mettant en place des Gateway de paiement électronique pour sécuriser la transaction.

Par ailleurs, un minimum de réglementation s'impose pour empêcher les différentes formes d'abus de part et d'autre (conditions de vente de biens et fournitures de services à distance par voie électronique, mise en ligne des services sécurisés, etc.).

Enfin, il est difficile d'envisager un quelconque développement de ces activités sans un minimum de connaissances. D'où il convient de songer à un véritable apprentissage de la population pour intégrer des nouvelles habitudes dans son quotidien. Il n'empêche que la fourniture d'internet reste un paramètre incontournable dans ces défis à relever.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.