Burkina Faso: Le pays en bonne voie pour maximiser les retombées socio-économiques du secteur minier

23 Octobre 2019

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a marqué de sa présence à deux grands évènements de référence destinés à attirer des investisseurs au Burkina Faso.

Il s'agit respectivement de la 4ème édition de la Semaine des Activités Minières d'Afrique de l'Ouest (SAMAO) qui s'est tenue du 26 au 28 Septembre 2019 à Ouagadougou et de la 6ème édition de Rebranding Africa Forum (RAF) qui s'est déroulée du 4 au 5 Octobre 2019 à Bruxelles en Belgique.

Dans la capitale burkinabè, la SAMAO 2019 a regroupé des décideurs, des investisseurs, des experts, des fournisseurs de biens et services miniers et des praticiens du secteur minier africain qui se sont penchés sur le thème : « Exploitation des ressources minérales et opportunités d'industrialisation de l'Afrique ».

A la 6ème édition de Rebranding Africa Forum (RAF) qui s'est tenue dans la capitale belge, les participants ont abordé le thème « Enjeux socio-économiques de l'exploitation minière en Afrique ».

L'objectif de l'organisation de la SAMAO et de la participation de notre pays au RAF se justifie à plus d'un titre. En effet, le Burkina Faso connait un boom minier qui se caractérise par un accroissement considérable des productions.

De 800 kilogrammes en 2007, la quantité d'or produite dans notre pays est passée à 45,6 tonnes en 2017. L'année 2018 a particulièrement été une année de performance pour le secteur minier du pays des hommes intègres.

En témoignent les productions-records de 52,622 tonnes d'or et de 165 100 tonnes de zinc. Selon le Ministre des Mines et des Carrières, Oumarou IDANI qui s'exprimait le 25 Mars 2019 à Koudougou lors du 1er CASEM de l'année de son département, le secteur minier a apporté à l'économie burkinabè « 1 600 milliards de F CFA de recettes d'exportation et 266 milliards de recettes budgétaires ».

En plus d'apporter des retombées macro-économiques, le secteur minier se présente comme un bon pourvoyeur d'emplois dans la mesure où les mines industrielles offrent actuellement, 10 000 emplois directs et 26 100 emplois indirects.

L'impact des mines se ressent également au niveau des collectivités locales qui, dorénavant et conformément au Code minier, bénéficient annuellement des recettes provenant du Fonds Minier de Développement Local (FMDL).

Longtemps attendue par les populations riveraines aux mines et par les organisations de la société civile, l'opérationnalisation du FMDL par le gouvernement est désormais une réalité.

Depuis septembre 2019, le montant total perçu au titre des années 2017 et 2018 du FMDL et réparti à toutes les communes et à toutes les régions du Burkina s'élève à 11 760 841 606 F CFA.

De plus, selon une étude réalisée dans le cadre du Projet d'Appui au Développement du Secteur Minier (PADSEM), les retombées profitent progressivement à des opérateurs économiques burkinabè investissant dans le BTP, les banques, les transports, la restauration et bien d'autres domaines de la fourniture locale de services.

Cette étude précise que la part des entreprises locales dans les commandes des sociétés minières industrielles est passée de 2% en 2012 à 14% en 2017.

Les réformes et la promotion comme facteurs explicatifs

Ces retombées que le gouvernement burkinabè compte renforcer, ont été possibles grâce à des réformes opérées sur le plan politique, institutionnel, législatif et règlementaire depuis 2015, et des actions de promotion au plan national et international.

La promotion est justement un levier sur lequel, l'Etat burkinabè s'appuie fortement pour impulser un dynamisme au secteur minier.

Pour le gouvernement, la promotion consiste d'une part à l'organisation régulière de la Semaine des Activités Minières d'Afrique de l'Ouest (SAMAO) et d'autre part à la participation à des salons miniers de renommée.

Instituée en 2016 à la faveur d'une fusion des initiatives publiques et privées de promotion, la SAMAO dont la 4ème édition vient de s'achever sur des notes de satisfaction réunit annuellement à Ouagadougou plus de 2 000 participants en moyenne.

La SAMAO s'est imposée dans la sous-région comme une vitrine appréciée des professionnels miniers et attire de plus en plus des investisseurs et des fournisseurs de services pour notre secteur minier.

La promotion se servant des résultats de recherche du Bureau des Mines et de la Géologie du Burkina (BUMIGEB) qui est le service géologique national, le gouvernement a conduit en 2015 et 2018 des campagnes de levés géophysiques aéroportés pour davantage mettre en exergue d'autres gisements miniers.

Les résultats de ces campagnes sont satisfaisants et confortent le ministère des Mines et des carrières dans ses actions de promotion.

Avec de telles réformes et actions et au service du peuple burkinabè pour valoriser les potentialités et les retombées du secteur, le gouvernement burkinabè agit en droite ligne de la vision de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, à travers son programme « Bâtir avec le peuple un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice ».

L'objectif ici est de faire du secteur minier un puissant moteur de la croissance et de la promotion sociale des populations et respectueux de l'environnement. Le Burkina Faso est ainsi en bonne voie pour maximiser les retombées socio-économiques de son secteur minier !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.