Cameroun: Humanitaire - Atanga Nji à l'Est pour le rapatriement volontaire de réfugiés centrafricains

23 Octobre 2019

En mission humanitaire dans la région de l'Est depuis ce mardi, 22 octobre 2019, Paul Atanga Nji le ministre de l'Administration (Minat), sera dès ce mercredi matin, dans des camps de réfugiés centrafricains, assurer leur bon retour au pays natal.

Le Minat a foulé le sol de Bertoua ( chef-lieu de la région de l'Est) ce mardi. Arrivé à presque 18 heures sous une fine pluie, Paul Atanga Nji a été accueilli à l'entrée de la ville, par les autorités administratives, municipales et militaires de la région, avec à leur tête, Grégoire Mvongo le gouverneur. Revue des troupes, groupes de danses. L'accueil était chaleureux, on dirait l'arrivée d'une rock star dans la ville. Devant les micros de nombreux journalistes qui l'ont interrogé sur les raisons de sa présence dans la région du Soleil levant, Paul Atanga Nji a indiqué qu'il est venu s'assurer de la mise en oeuvre effective, du départ volontaire des réfugiés centrafricains, conformément à l'accord tripartite signé il y a quelques mois, entre les gouvernements camerounais, centrafricain, et le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ( Hcr).

Selon le parton de la territoriale camerounaise qui prend le chemin de la longue frontière entre le Cameroun et la République centrafricaine dés six heures du matin, il sera question du départ volontaire de la première vague de réfugiés centrafricains, soit un total de 500.

" Quatre mille réfugiés centrafricains vont rentrer d'ici la fin d'année, dans leur pays. Pour cette première étape, nous serons aux camps des réfugiés de Lolo, Gado Badzere et autres ", a fait savoir Paul Atanga Nji, avant d'ajouter que sous les instructions du président de la République Paul Biya, les réfugiés centrafricains ont bénéficie d'un bon traitement au Cameroun. Selon lui, le Cameroun les a accueillis depuis longtemps, avant de recevoir des appuis de partenaires internationaux. Et de poursuivre que " selon les standards internationaux, c'est le départ volontaire qui est de mise ".

Au-delà de cette hospitalité légendaire, les populations de l'Est donc Bertoua en particulier, se plaignent de l'insécurité qui selon leurs dires, est aggravée depuis plusieurs années, par le très grand nombre de réfugiés centrafricains soupçonnés d'être des coupeurs de routes, de perpétrer plusieurs meurtres et agressions au couteau. Des réfugiés qui sont accusés de faire distraction derrière le métier de mototaximan.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.