Cameroun: Le mintransport s'intéresse aux métiers de la mer

23 Octobre 2019

En autorisant des instituts à aider des jeunes à s'insérer dans le monde très complexe de l'emploi, le ministre des transports Jean Ernest Ngalle Bibehe confirme par ce fait l'intention des pouvoir publics de lutter contre le chômage et de promouvoir les métiers de mer.

L'Institut national de la statistique a évalué le taux de chômage ( au sens BIT) a 4,4% pour 2005 ( 7,2% pour 2001), alors que le world factbook publié par la CIA fait état d'un taux de chômage de l'ordre de 30%. Selon une autre étude de l'INS datant de 2001, le taux de chômage en 2001 serait de 8,2% (17,6% en ville ) contre 9,6% ( 20,3% en ville) en 1995.

L'écart entre les différentes estimations peut s'expliquer par l'auto emploi des chômeurs dans de petites activités commerciales ( phénomène des sauveteurs) qui peut être considéré comme une activité de survie en période de chômage. Dans son étude, l'INS note que près de 70% des travailleurs gagnent moins que le salaire minimum soit 28300f FCFA (environ 45 €).Au Cameroun, l'évolution de la dynamique des emplois indique une baisse des emplois informels agricole au profit de l'informel non agricole. En effet, soulignent-ils la part de l'informel agricole est passé de 76,4% avant 1999 a 22, 9% en 2010, tandis que celle de l'informel non informel non agricole a gagné plus de 40 points à 67% en 2010. Selon l'INS , ceci s'expliquerait par la substitution des emplois du secteur primaire informel ( agriculteur , élevage etc...) par le tertiaire informel ( petit commerce notamment).

Avec un chômage qui affecte presque 4 millions d'actifs ( 1 million de chômeurs et 3 millions de sous emplois). Les actions menées jusqu'ici en faveur de la promotion de l'emploi des jeunes restent insuffisantes.

Ainsi , conscient de ce que l'heure est a la promotion de la formation aux métiers, les pouvoirs à travers le Ministre des transports Jean Ernest Ngalle Bibehe vient de donner quitus a la société nationale de offshore Institute Of Autralia and America NOIAA Ltd de délivrer des formations aux métiers de la mer. Une volonté du Mintransports qui s'est matérialisée a travers la décision No 00147/D/Mint/SG/Damvn/CJ/Sdnspem/sgm du 23 mai 2019. Ladite décision fait suite aux conclusion d'un audit administratif et technique effectuée par le ministère des transports le 28 mars 2018.

NOIAA corps qui est une société leader dans divers services de conseils Onshore, Offshore et marins, principalement dans les domaines de la formation à la sécurité et de la fourniture de la main d'oeuvre a été fondée en 1975. Située a Houston, Texas, NOIAA Corps est un conglomérat diversifié avec des filiales NOIAA LTD et OCERY Plc, en Afrique centrale , elle est par ailleurs une entreprise de formation à la sécurité. Dessert les industries a haut risque avec des programmes de formation spécialisés en matière de sécurité, de survie et d'intervention en situation d'urgence.

Selon Eliot Sycamore le directeur général " nous délivrons des formations garantissant une rapide insertion socioprofessionnelle à toutes personne travaillant à l'étranger " il explique comment utiliser les équipements de sécurité en cas de situation d'urgence.

La formation comprend 6 modules : principes de survie, gilets de sauvetage, combinaisons d'immersion, radeau de sauvetage et canot de sauvetage, dangers et symptômes liés à l'hypothermie et à la noyade, procédure d'urgence et de sécurité sur les installations et techniques de survie individuelles et collectives en mer.Les entreprises et autres institutions intéressée par ces formations sont invités à saisir la balle au bond.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.