Congo-Kinshasa: Mukongomani reggae festival - La quatrième édition se décline en quatre jours

L'événement, un rendez-vous qui s'inscrit maintenant au fil des ans dans le calendrier musical annuel de Kinshasa, se tiendra à la Halle de la Gombe, du 30 octobre au 2 novembre. Il prêt à accueillir les amateurs de la plus populaire des expressions musicales jamaïcaines.

Côté affiche, la quatrième édition du Mukongomani (Congolais en swahili), comme la précédente tenue dans le même cadre, ne va pas déroger à la règle. En effet, le festival du reggae congolais propose de nouveau dix groupes sur son podium cette année. La fédération des rastas du Congo (Feraco) tient une fois de plus à manifester son dynamisme à travers ce rendez-vous musical tenu pour « la première grande scène reggae en République démocratique du Congo ». Elle veut ainsi pour preuve l'effort qu'elle fournit de présenter à chaque fois à son public de jeunes artistes reggae à découvrir.

Organisé en partenariat avec l'Institut français de Kinshasa (IF), Mukongomani reggae festival entend entretenir et confirmer cette réputation qu'elle se construit au fil des ans. L'énergique Kassim Lafraz qui bataille à cet effet fait en sorte d'y réunir les meilleurs talents. La magie de l'événement, c'est en partie son public qui se ramène de partout dans la ville autant que les artistes eux-mêmes invités à y prester.

La quatrième édition a notamment pour affiche Cize Nkosi, que l'on ne présente plus, Isongo et les groupes Kilongo musique et Lady Kimbangu, sans oublier Kassim Lafraz lui-même. Mukongomani reggae festival ne fera pas la fête seulement avec les acteurs de sa scène. Une place est accordée à d'autres genres musicaux à l'instar du worldbeat avec Jupiter Bokondji et du slam dont Peter Komondua sera l'ambassadeur à la soirée du 2 novembre.

Le concert sera le point culminant du Mukongomani reggae festival qui s'organise autour d'une programmation variée. En effet, il démarre le 30 octobre avec une conférence prévue en matinée, précisémen à 10h, dans la salle polyvalente de l'IF. C'est une tribune d'expression que s'offre la Feraco autour d'un grand thème qui s'interroge sur l'implication sociétale du reggae. Le propos sera autour de cette question centrale : « Quand est-ce que le reggae participe au développement d'une société ? ».

Une place pour le reggae en RDC ?

Trois orateurs vont conduire la conférence, une rencontre censée mettre en dialogue les acteurs de la scène reggae avec le public. L'ex- secrétaire général de la Feraco, en l'occurrence Alka, va éclairer sa lanterne quitte à le situer sur le rôle qu'il accorde à sa musique de prédilection, à savoir si « Le reggae est une musique de révolution ou de conscientisation ». Viendra ensuite un féru de la musique jamaïcaine, le musicien et analyste musical Bafa Mastaki, qui statuera sur la spécificité du reggae, question de préciser au public « Sur quel point le reggae est-il différent des autres styles de musique ? Du point de vue du fond ou de la forme ? ». Le chanteur reggae, Cize Nkosi, va boucler la boucle en donnant, quant à lui, son avis, à savoir si la sphère musicale réserve un espace pour le reggae en répondant à cette interrogation : « Est-ce qu'on peut envisager une place pour le reggae en RDC ? ».

L'assainissement est également inscrit dans la programmation de Mukongomani reggae festival 4 qui a choisi la date du 31 octobre pour organiser un « salongo ». Dès 7h se tiendra le « Jeudi salongo » et les dix groupes à l'affiche vont accompagner la Feraco dans son action de salubrité publique à travers un nettoyage de quelques rues de la capitale. Une activité ponctuelle qui s'inscrit dans la mise en application du challenge actuel du premier citoyen de la ville à travers la campagne "Bopeto", destinée à rendre Kinshasa salubre. « Jeudi salongo » est donc défini comme « un TrashTag challenge à la congolaise » qui vise à donner un exemple de salubrité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.