Ile Maurice: Ouverture de la pêche - Plus de 18 tonnes d'ourites pêchées à Rodrigues

La preuve s'il en fallait encore de la nécessité de fermer la pêche pour assurer des ressources sur le long terme... La 11e ouverture de la pêche à l'ourite a eu lieu à Baie-du-Nord, à Rodrigues, le 19 octobre.

Au fil des années, Rodrigues a tiré beaucoup de leçons par rapport à la manière dont le programme de fermeture de la pêche à la pieuvre a été faite. Beaucoup de changements et d'améliorations ont été apportés, surtout dans la stratégie de surveillance du lagon pendant la période de fermeture. Et ce jour-là, plus de 18 tonnes d'ourites ont été pêchées.

Un comité comprenant différents partenaires avait été mis sur pied afin de gérer la période de fermeture. Notamment la police de l'environnement, la National Coast Guard et les officiers des gardes pêche, entre autres. Cela, afin de résoudre le problème de la pêche illégale pendant la fermeture. Car il existe toujours des pêcheurs qui ne respectent pas les règlements. Se sont ajoutées l'éducation et la sensibilisation de toute la communauté des pêcheurs.

Dans ce contexte, la commission de tutelle a mis sur pied une unité spéciale au sein du département de la pêche. Ce programme sera dans le futur étendu à toute la population, afin de bien faire comprendre les enjeux de la pêche à Rodrigues, ainsi que les défis auxquels l'île aura à faire face, comme cela se fait aux Seychelles. De cette manière, les jeunes seront plus avertis sur tout ce qui touche à la conservation des ressources marines.

Trésor

Richard Payandee, commissaire de la Pêche présent à l'ouverture, qualifie l'ourite de Rodrigues de trésor. «Toutes les ressources naturelles de Rodrigues sont des trésors pour moi. Et il faut les préserver. Chaque pays possède ses propres trésors. Rodrigues c'est le pays des ourites. Avan ti pe lapes bann ourit tro tipti ek sa resours la ti pe fini dan Rodrig. Aujourd'hui je suis fier de constater que les poulpes qui sont pêchés sont de grande taille.»

Ajoutant qu'avec la fermeture de la pêche à l'ourite et le travail alternatif, ce sont Rs 15 millions qui atterrissent dans la poche des pêcheurs chaque année, à raison de Rs 5 millions par mois avec deux fermetures par an.

A noter qu'il y a seulement quelques années, ce céphalopode était en voie de disparition à Rodrigues. Comme le dit si bien un pêcheur. «Zordi pena pou poz kestion. Ti bien bizin ki bann lotorite pran sertenn desizion. Parski si pa ti fer sa, zordi kitfwa ti pou nepli ena ourit dan Rodrig», dit-il, satisfait de sa récolte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.