Cameroun: Divertissement - Les Doualais jouent à la Nuit blanche

L'évènement culturel a démontré l'intérêt des publics de la ville pour la chose artistique.

Des cohortes de jeunes, de moins jeunes, de plus jeunes, des publics divers, aux goûts et couleurs en principe divergents, se sont pourtant trouvé des atomes crochus, le temps d'un samedi soir à Douala : la Nuit blanche, le 5 octobre 2019. Un ensemble hétéroclite donc, qui a pris la direction soit du centre d'art contemporain Doual'art, soit de l'Institut français du Cameroun (Ifc), antenne de Douala. Mais la grande majorité des près de 300 visiteurs de la Nuit blanche avait fait le choix du périple entre les deux espaces.

Pour la 6e édition de cette manifestation culturelle multidisciplinaire au Cameroun, les deux établissements s'étaient associés pour proposer une offre artistique aux publics de la cité économique. Une offre artistique où le spectateur, plus qu'un contemplateur, était un participant. Une tendance complètement assumée du côté de l'Ifc. En effet, du côté de Doual'art, pour la première partie de la Nuit blanche, le public aura pour la plupart du temps été silencieux et même intimidé par les personnages mystiques et ancestraux de la performance spectacle du plasticien Jean Michel Dissake, dont l'exposition « Babenga » court jusqu'au 16 novembre prochain. Un jeu d'acteur, des costumes et des maquillages plus vrais que nature, qui ont donné quelques frissons à la foule... et arraché des sanglots de frayeur à un petit garçon.

Pour la deuxième partie de la Nuit blanche, à l'Ifc de Douala, les spectateurs sont eux-mêmes devenus acteurs. Ils ont recherché leur moitié versifiée aux côtés de la slameuse Lydol lors d'un « Puzzle ». Raconté, pour les volontaires, une expérience marquante à la foule en même temps qu'un plasticien créait une toile en rapport avec l'histoire lors de la « Scéno-thérapie » de Benoit Ndi. Soutenu la candidature d'Azazou Show lors de son discours «String for Africa » pour la présidentielle de la République du Bubinga ; une performance qui a littéralement transporté la gent féminine de joie, une « militante » n'hésitant pas à serrer le candidat dans ses bras.

Le public s'est aussi mué en visiteur du domicile de Nancy Nko et Julien Eboko dans « L'Envers du décor ». Avant de jouer les journalistes dans le bureau d'Amandine Sagnes, la directrice déléguée de l'Ifc de Douala qui, pour l'occasion, avait cédé son espace au rappeur Le Berger, pour un « Point de presse » annonçant un premier album dont la sortie est prévue ce 18 octobre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.