Cameroun: Représentativité dans les instances de prise de décision - Le plaidoyer des femmes

Hier au Palais de verre de Ngoa Ekellé, des responsables d'Elecam et du Minproff ont plaidé pour une meilleure prise en compte de leur catégorie.

Les femmes du ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff) et celles d'Elections Cameroon (Elecam), en partenariat avec ONU-femmes veulent une meilleure représentativité de leur catégorie au sein des institutions politiques, des organes de prise de décision et dans le leadership. Convaincues que le genre est une approche de développement équitable, qu'il rime avec la justice, l'Etat de droit, la démocratie, la bonne gouvernance et la culture de la paix, elles sont venues plaider auprès des membres de la Commission des lois constitutionnelles de l'Assemblée nationale.

Objectif : « Veiller à ce que les projets de lois soumis à leur examen soient de nature à impacter positivement et significativement les politiques mises en route pour donner plein effet aux orientations et choix stratégiques définis par le gouvernement de la République », a souligné Marie-Thérèse Abena Ondoa. Pour cette cause, la ministre était accompagnée du directeur général des Elections, Erik Essoussè et de la représentante adjointe d'ONU-Femmes, Hind Jalal.

Après avoir reconnu l'existence de quelques discriminations quant à l'autonomisation de la femme au Cameroun, l'Honorable Hilarion Etong, présidant les travaux au nom du président de l'Assemblée nationale a surtout rappelé que la volonté des pouvoirs publics est d'amener femmes et hommes à conduire le développement durable du pays. Pour lui, cette volonté a été réitérée par le président de la République, lors de sa prestation de serment du 6 novembre 2018 lorsqu'il déclarait : « Je persisterai à consacrer tous mes efforts à promouvoir le rôle des femmes dans notre société ».

C'est dans cette logique de la protection et de la promotion des droits de la femme qu'a été articulé le propos du directeur général des Elections. Il a rappelé que la loi électorale d'avril 2012 institue la prise en compte de l'approche genre dans la constitution des listes de candidats aux différents scrutins. Même si le nombre de femmes est déjà remarquable, il doit néanmoins continuer de progresser. Pour cela, il faut une meilleure législation, ont reconnu les deux personnalités.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.