Djibouti: Le conseil d'administration du FMI achève les consultations de 2019 au titre de l'article IV

document

Le 30 septembre 2019, le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé les consultations de l'article IV [1] avec Djibouti.

Au cours des dernières années, les autorités ont engagé des investissements à grande échelle pour développer les infrastructures de transport et de logistique en vue de faire de Djibouti un centre régional du commerce et de la logistique.

Conjuguée à des réformes visant à améliorer le climat des affaires, cette stratégie de développement a alimenté une forte expansion économique. Des progrès ont également été enregistrés sur le plan des indicateurs sociaux, même si le chômage et la pauvreté demeurent élevés.

La croissance du PIB réel a atteint en moyenne près de 7 % pendant la période 2014-17. Après un ralentissement en 2017, une reprise des échanges commerciaux a accéléré la croissance, qui a atteint 5,5 % l'an dernier selon les estimations.

La croissance devrait rester vigoureuse à moyen terme, aux alentours de 6 % par an. L'inflation a été faible, du fait de la baisse des prix de l'alimentation.

Le solde global des transactions courantes a fortement fluctué au cours des dernières années, en raison des variations des stocks liées aux activités de réexportation.

Le solde courant sous-jacent, hors activités de réexportation, s'est élevée à -0,8 % du PIB en 2018 selon les estimations. Les réserves officielles ont diminué de 112 millions de dollars en 2018, ce qui porte la couverture des réserves à 3,2 mois d'importations (hors importations pour réexportation).

Le déficit budgétaire global a diminué notablement ces dernières années. Mesuré au sens large par les services du FMI, c'est-à-dire y compris les investissements relatifs à deux grands projets (chemin de fer et aqueduc), le déficit a chuté de 15,7 % du PIB en 2015 à 2,5 % du PIB en 2018, en raison de la réduction des dépenses liées à ces projets.

Cependant, les pressions sont de plus en plus fortes sur les dépenses en capital financées sur ressources intérieures du fait de la baisse de l'aide budgétaire, d'une réduction du ratio impôts/PIB en raison d'importantes exonérations fiscales et de la hausse du coût du service de la dette.

La stratégie de développement fondée sur des investissements à grande échelle a entrainé une hausse des vulnérabilités liées à la dette. La dette contractée ou garantie par l'État a augmenté de 34 % du PIB en 2013 à environ 71 % du PIB en 2018.

Après les retards observés dans la mise en œuvre du projet de chemin de fer Djibouti-Addis-Abeba, les autorités ont entamé des discussions avec leur créancier afin de restructurer ce prêt. Elles ont conclu récemment un accord qui lissera le profil de remboursement de la dette.

En dépit des progrès réalisés dans l'assainissement des bilans des banques, le secteur financier reste fragile, et l'inclusion financière est faible. Certaines banques ont perdu des relations de correspondants bancaires avec des banques internationales au cours des dernières années, mais de nouvelles relations de correspondants bancaires ont été rapidement établies, ce qui a permis de préserver les flux financiers et la stabilité financière.

Évaluation par le conseil d'administration [2]

Les administrateurs ont noté avec satisfaction la vigueur de la croissance économique, le faible niveau de l'inflation et l'amélioration du climat des affaires, mais ont pris note de la hausse des vulnérabilités liées à la dette, ainsi que du niveau élevé de la pauvreté et du chômage. Dans ce contexte, les administrateurs ont souligné qu'il était nécessaire de mettre en place une stratégie comportant plusieurs volets pour réduire ces vulnérabilités, en la combinant avec une accélération des réformes structurelles. Il est fondamental de mettre en œuvre cette stratégie de manière systématique afin d'exploiter pleinement la situation du pays en tant que centre commercial régional et de réaliser une croissance durable et inclusive à long terme.

Les administrateurs ont appelé à établir un cadre de politique budgétaire à moyen terme, avec un point d'ancrage compatible avec la viabilité de la dette. Ils ont noté que la forte expansion des infrastructures s'était accompagnée d'une hausse rapide de la dette extérieure contractée ou garantie par l'État, et ont recommandé de réduire le rythme des emprunts, notamment en plafonnant strictement les garanties publiques et les emprunts des entreprises publiques, ainsi qu'en privilégiant les financements concessionnels.

Notant que les recettes fiscales n'ont pas suivi le rythme de la croissance en raison du niveau élevé des dépenses fiscales, les administrateurs ont souligné qu'il était nécessaire d'accroître les ressources intérieures afin de créer l'espace budgétaire nécessaire pour les dépenses de lutte contre la pauvreté et la réduction de la dette. Ils ont noté avec satisfaction que les autorités avaient l'intention de renforcer le recouvrement des impôts et l'administration douanière, et les ont vivement incitées à concevoir et à mettre en œuvre une stratégie de réduction des exonérations fiscales et des régimes spéciaux. À cet égard, les administrateurs ont plaidé en faveur de la poursuite du soutien du FMI en matière de développement des capacités.

Les administrateurs ont noté qu'un renforcement de la gouvernance budgétaire contribuerait à accroître l'efficience de l'État. Ils ont salué les efforts déployés pour accroître l'efficacité du système de passation des marchés publics et ont appelé les autorités à améliorer la gouvernance des entreprises publiques pour réduire les risques qu'elles représentent pour la viabilité de la dette, notamment en mettant en œuvre des contrats de performance, afin de réduire les coûts, d'améliorer la qualité des services publics et de maîtriser l'accumulation de la dette.

Les administrateurs ont souligné aussi qu'il était essentiel d'approfondir les réformes structurelles pour réaliser une croissance généralisée et tirée par le secteur privé, créer des emplois et faire reculer la pauvreté. Ils ont salué l'amélioration du climat des affaires et ont appelé à renforcer l'exécution des contrats et le respect des droits de la propriété. Ils ont recommandé de redoubler d'efforts pour réduire les coûts de production, surtout dans les secteurs de l'électricité et des télécommunications, et pour renforcer les compétences des Djiboutiens afin d'accroître la productivité du travail. Ils ont appelé à la mise en œuvre intégrale du dispositif de lutte contre la corruption, notamment en renforçant les capacités institutionnelles, afin de stimuler l'investissement privé.

Les administrateurs ont convenu que le régime de caisse d'émission a fourni au pays un point d'ancrage nominal efficace et reste approprié. La position extérieure étant plus faible que ne l'impliquent les fondamentaux économiques et les paramètres souhaités de la politique économique, ils ont souligné qu'il était important de mettre en œuvre des réformes pour renforcer la compétitivité extérieure.

Les administrateurs ont noté que la politique relative au secteur financier devrait continuer de mettre l'accent sur le renforcement de la stabilité et de l'inclusion, notamment en modernisant la réglementation des banques et en renforçant leur contrôle. Ils ont recommandé de rendre plus efficace le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme afin de limiter les possibilités de corruption et de préserver les relations de correspondants bancaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.