Congo-Kinshasa: La RDC conclut un accord de coopération avec la société « Novie Oblatchnie Tekhnologii »

L'accord prévoit la possibilité d'assurer le transfert de licences sur la suite bureautique MyOffice, l'appui à la mise en place d'infrastructures en nuage d'État et d'entreprises en République démocratique du Congo (RDC), ainsi que le soutien aux initiatives éducatives.

Un accord portant sur l'exportation du logiciel russe MyOffice a été conclu avec la RDC. Cet accord de coopération et de partenariat entre le Gouvernement congolais et la société « Novie Oblatchnie Tekhnologii » a été signé au Forum Russie-Afrique qui a lieu à Sotchi (23-24 octobre 2019). La signature a eu lieu avec le soutien du ministère du Développement numérique, des Communications et des Médias de la Fédération de Russie, par le biais du ministre Konstantin Noskov et du vice-ministre Mikhaïl Mamonov.

L'accord prévoit la possibilité d'assurer le transfert de licences sur la suite bureautique MyOffice, l'appui à la mise en place d'infrastructures nuages d'État et d'entreprises en RD Congo, ainsi que le soutien aux initiatives éducatives.

MyOffice est un logiciel russe pour la communication et le travail collaboratif de documents sur n'importe quelle plateforme technologique qui fournit un contrôle complet des données du côté des entreprises privées ou de l'État.

Assurer une gestion sécurisée des données

L'écosystème MyOffice comprend notamment,des applications multi-plateformes pour le traitement de texte ; des tableaux ; des présentations ; ainsi que des courriels ; du calendrier et des contacts ; une solution de stockage des données et de travail collaboratif sur des documents en nuage des applications mobiles pour smartphones ; une version spéciale gratuite pour l'enseignement scolaire et préscolaire.

Les solutions MyOffice sont en mesure d'assurer une gestion sécurisée des données au sein des infrastructures en nuage de l'État et des entreprises. Les technologies MyOffice interagissent facilement avec des logiciels tiers sur n'importe quel appareil et peuvent automatiser les processus d'entreprise dans les compagnies de n'importe quel niveau. Les utilisateurs peuvent travailler aussi bien à partir des ordinateurs de bureau et ordinateurs portables qu'à partir des smartphones et tablettes. Tous les systèmes d'exploitation populaires sont pris en charge.

Des versions spéciales du logiciel « MyOffice Education » sont proposées pour les établissements d'enseignement. Elles disposent d'un module fonctionnel supplémentaire qui peut être personnalisé individuellement par l'enseignant, en fonction du sujet d'une leçon particulière. Pour les écoles et les établissements préscolaires, cette version est offerte gratuitement. Les établissements d'enseignement supérieur peuvent acheter tous les produits de l'entreprise avec des réductions importantes allant jusqu'à 93% du prix commercial.

Mettre le cap sur la transformation numérique

« Le Gouvernement de la République démocratique du Congo est l'un des premiers en Afrique à mettre le cap sur la transformation numérique des structures de l'État, et à commencer à travailler sur le rééquipement de son propre parc d'équipements techniques et sur la modernisation des systèmes d'information, ainsi qu'à investir d'importants efforts dans le développement du système éducatif du pays. Nous souhaitons utiliser le logiciel russe sécurisé MyOffice pour le travail collaboratif de documents. Il dispose d'un haut niveau de protection contre l'accès non autorisé aux données et de capacités d'intégration flexibles », a déclaré Vidiye Tshipanda Tshimanga, le Conseiller spécial du Président congolais, Félix Tshisekedi, pour les questions stratégiques.

Pour Novie Oblatchnie Tekhnologii, « la RDC est un pays au potentiel énorme. Elle est habitée par des jeunes gens actifs âgés de 13 à 25 ans qui ont besoin d'enseignement et sont prêts à déployer des efforts importants pour le développement ultérieur de leur pays », a déclaré Dmitri Komissarov, le Directeur général de Novie Oblatchnie Tekhnologii.

Il note que selon les estimations des experts, d'ici 2025, il y aura en Afrique plus de 200 millions d'ordinateurs et 300 millions de smartphones. « Il est nécessaire de poser les bases d'une infrastructure sûre dès maintenant, de développer la souveraineté numérique du pays et des entreprises, ainsi que d'intensifier les efforts pour éduquer la population en matière d'informatique. MyOffice permet de commencer à réaliser ces objectifs dès maintenant », a souligné Dmitri Komissarov.

De son côté, le ministre du Développement numérique, des Communications et des Médias de la Fédération de Russie, Konstantin Noskov, considère que « l'Afrique est l'une des orientations prometteuses pour l'exportation des technologies russes ». Raison pour laquelle, poursuit-il, son Ministère déploie des efforts considérables pour créer des conditions favorables au développement des entreprises russes dans la région et soutient les initiatives des entreprises privées. Et l'accord conclu avec la RDC en est une preuve évidente.

La République démocratique du Congo est l'un des États dont la croissance est la plus rapide sur le continent africain. Le PIB du pays est en croissance constante, d'année en année. En 2018, le volume du PIB s'élevait à 47,23 milliards de dollars US, la croissance par rapport à 2017 a été de 5,82%. Au cours des 30 dernières années, la population de la congolaise a doublé, atteignant 92 millions de personnes. Cependant, 65,5 % de la population est âgée de moins de 24 ans et l'âge médian dans le pays est de 18 ans.

« Novie Oblatchnie Tekhnologii » est un développeur de logiciels bureautiques destinés aux communications d'entreprise et au travail avec des documents. Depuis 2013, la société conçoit des produits logiciels et des solutions cloud pour les utilisateurs russes sous la marque MoyOffis®. Applications faisant partie de la plateforme MoyOffis : Documents, Texte, Table, Présentation, Mail, Calendrier, Contacts et Messenger Logos.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.