Sénégal: Diourbel - 17939 filles vaccinées contre le cancer du col de l'utérus en 7 mois

Diourbel — La région de Diourbel est parvenue à vacciner, en l'espace de sept mois, 17.939 filles sur les 22.705 ciblées dans le cadre du Programme de vaccination contre le cancer du col de l'utérus destiné aux filles âgées de 9 ans, a indiqué à l'APS Fatimata Marie Konaté, responsable du bureau régional de l'immunisation et de la surveillance épidémiologique.

Le vaccin contre le cancer du col de l'utérus a été introduit dans le programme élargi de vaccination (PEV), le 31 octobre 2018. Le vaccin est gratuit, et toutes les filles éligibles vont être vaccinées à 9 ans avant le premier rapport sexuel.

"Le vaccin contre le cancer du col de l'utérus a été introduit dans la région depuis 2018, mais les indicateurs n'étaient pas bons. Nous avons effectivement démarré en mars 2019. Aujourd'hui, nous sommes à 79%, tous districts confondus avec des disparités", a-t-elle dit dans un entretien avec l'APS.

Malgré les difficultés rencontrées dans certains districts, a-t-elle souligné, la région de Diourbel a "presque réussi à administrer le vaccin à toute la cible.

Selon Mme Konaté, "la région de Diourbel est actuellement à 17.939 vaccinées sur 22.705 cibles de 9 ans. Pour les districts de Mbacké et de Bambey, on a atteint l'objectif ; par contre, pour les districts de Diourbel et de Touba, on est en-deçà des 60%".

Le district de Mbacké est largement en avance dans le cadre de ce programme de vaccination, avec un taux de couverture dépassant les 100%.

"Mbacké fait partie des premiers districts qui ont démarré, mais au niveau de Touba [... ] il y avait une réticence.

Mais, nous avons eu l'accord même du khalife [Khalife général des mourides], qui a autorisé le vaccin au niveau de Touba, et par la suite, nous avons eu l'acceptation de la population", a expliqué Dr Fatimata Marie Konaté.

Elle estime même que la barre des 100%, ou à défaut celle de 95%, était à la portée de la région.

"Actuellement, on est en train de faire des campagnes d'information et de sensibilisation pour relever un peu les tendances. On a eu même à les faire avec l'appui des professeurs d'université", a expliqué Dr Konaté.

Elle a exhorté les parents à faire vacciner leurs enfants pour les protéger de cette maladie.

"Le vaccin n'est pas nocif à la santé de leurs filles. Le vaccin, avant d'être administré à la population, a été testé. Nous allons sensibiliser encore à Touba, à Diourbel, notamment dans les villages", a-t-elle déclaré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.