Ile Maurice: Affaire Roches-Noires - Ramgoolam mis à mal par Navingate2

«Je suis l'homme à abattre», lançait Navin Ramgoolam dimanche dernier à la diffusion de la vidéo Navingate 1. Il avait d'ailleurs prévenu : «Il y aura d'autres vidéos.» C'est désormais confirmé, ce n'était pas des paroles en l'air.

Une deuxième vidéo, Navingate 2, a été publiée sur les réseaux sociaux ce jeudi 24 octobre, à deux jours de la présentation du manifeste électoral de l'Alliance Nationale.

Et ce, alors que dans cette même journée, Navin Ramgoolam avait annoncé une baisse du prix de l'électricité et du gaz ménager. Une chose est sûre : cette vidéo risque bien de laisser des séquelles auprès de l'électorat.

Cette vidéo vise à démentir les affirmations de l'ex-Premier ministre sur sa présence à son campement au moment d'un vol à Roches-Noires.

Il avait indiqué qu'il n'était pas présent à ce moment-là. Or, des photos dans la vidéo tendent à prouver qu'il y était. Et c'est la fille de Nandanee Soornack, proche de l'ex-Premier ministre, qui vient affirmer ces dires. Ma mère était également au campement, dit-elle.

La vidéo enchaîne également avec des scènes de ce qui semble être une fête privée. L'on y voit Navin Ramgoolam toujours aux côtés de Nandanee Soornack.

Tous deux quittent le salon commun pour visiblement se rendre dans une chambre. Et la vidéo promet un Navingate 3, interdit aux moins de 18 ans. Le décor est planté. La campagne électorale prend une tournure très personnelle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.