Afrique: Barrage de la Renaissance - Les États-Unis se proposent en médiateur

Un nouveau rendez-vous est pris pour tenter de trouver un terrain d'entente autour du barrage de la Renaissance, construit sur le Nil bleu, en Éthiopie. Des responsables des pays concernés sont invités à se rendre à Washington, le 6 novembre prochain.

Lundi, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a invité les leaders égyptien, éthiopien et soudanais à Washington, le 6 novembre prochain. Le président de la Banque mondiale, David Malpass, a également été convié.

Un changement de stratégie des Américains qui jusqu'à présent encourageaient les discussions tripartites. Changement d'interlocuteurs aussi, puisque le Trésor va reprendre le dossier, alors que le département d'État discutait avec les parties depuis 2011. En tout cas, l'Égypte, qui poussait pour une aide américaine, aurait déjà accepté la main tendue.

Moscou déjà sur le dossier

Une autre proposition de médiation est également venue de Moscou. En marge du premier sommet Russie-Afrique, Vladimir Poutine a rencontré séparément le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

Jeudi, les deux leaders africains se sont parlé. Des discussions fructueuses puisqu'à la sortie, la tension semblait moins lourde. Égypte et Éthiopie ont accepté de reprendre immédiatement les discussions techniques, afin de s'accorder sur une proposition finale concernant le remplissage du barrage et sa gestion.

De son côté, l'Éthiopie a semblé assouplir sa position. Abiy Ahmed a dit « accueillir favorablement les médiations provenant d'acteurs extérieurs ». Un changement de ton notable alors qu'en début de semaine, le Premier ministre estimait que « si une guerre était déclenchée, des millions d'Éthiopiens pouvaient être mobilisés. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.