Congo-Brazzaville: Santé - Le déficit de financement de la tuberculose persiste

Plusieurs nouvelles technologies sont en préparation pour diagnostiquer et traiter la maladie, notamment un vaccin prometteur qui pourrait empêcher les personnes atteintes de la forme latente de la développer, selon le dernier rapport de l' Organisation mondiale de la santé ( OMS).

Le vaccin M72 / AS01E a montré une efficacité vaccinale de 54% chez les adultes séronégatifs pour le VIH infectés par la tuberculose au Kenya, en Afrique du Sud et en Zambie. Le résultat, décrit par le rapport comme "sans précédent au cours des décennies de recherche sur le vaccin antituberculeux en termes de signification clinique et de force des données probantes", pourrait transformer les efforts mondiaux de prévention de la tuberculose.

Selon le "Global ruberculosis report 2019", environ 1,7 milliard de personnes sont infectées par la tuberculose et risquent de développer la maladie. Cependant, plusieurs questions persistent, telles que la capacité du vaccin à protéger tout le monde. Le vaccin est l'un des vingt-trois médicaments, schémas thérapeutiques combinés et candidats-vaccins en cours d'essais cliniques mis en évidence par l'OMS dans le rapport.

Développer un vaccin pour réduire le risque d'infection tuberculeuse chez les personnes atteintes de tuberculose latente, un diagnostic rapide à utiliser sur le lieu de traitement et des schémas thérapeutiques plus simples et plus courts pour la tuberculose Priorité R& D.

Selon le rapport, le financement des donateurs extérieurs représentait 38% des fonds disponibles dans vingt-cinq pays à forte charge de tuberculose, à l'exclusion des pays comprenant le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Cependant, certains de ces pays fortement touchés par la maladie souffrent toujours de déficits de financement, même avec l'aide combinée des donateurs nationaux et internationaux, à en croire le rapport.

Au Liberia, 77% du financement nécessaire à la lutte antituberculeuse n'est pas disponible, suivi de 75% en Corée du Nord et de 72% en Tanzanie. En République démocratique du Congo, où l'épidémie d'Ebola est en cours, le déficit de financement est de 41%. Les gouvernements nationaux et les gouvernements donateurs ont été invités à déployer davantage d'efforts collectifs au lieu de déplacer le fardeau. S'y ajoutent les problèmes de tarification et de brevet.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.