Congo-Brazzaville: Les droits des peuples autochtones doivent devenir une réalité (experte de l'ONU)

25 Octobre 2019

La République du Congo doit intensifier ses efforts pour transformer ses engagements en réalité en matière de reconnaissance juridique des droits des peuples autochtones, a déclaré la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones au terme d'une visite dans ce pays.

« Les peuples autochtones continuent d'être victimes de discrimination, d'exclusion et de marginalisation, notamment dans leur accès aux services de santé, à l'éducation, à l'emploi et à la participation politique », a déclaré Victoria Tauli-Corpuz.

« Au cours de ma visite, des membres de communautés autochtones m'ont parlé de la stigmatisation à laquelle ils sont confrontés lorsqu'ils cherchent à obtenir des soins médicaux. J'ai pu constater de mes propres yeux l'état désastreux des installations médicales et l'incidence élevée de maladies évitables sur leur territoire. Les services de soins de santé doivent être plus accessibles et doivent être conçus de manière à prendre en compte les questions liées au genre et à la culture », a-t-elle ajouté.

La Rapporteure spéciale a également abordé des questions telles que l'éducation, la justice, l'emploi, la conservation et la participation politique, dans une déclaration préliminaire à la fin de sa visite.

En ce qui concerne l'éducation, Mme Tauli-Corpuz a déclaré que l'existence de plans d'action nationaux n'avait pas enraillé les taux élevés d'abandon scolaire chez les enfants autochtones, du fait de la stigmatisation, des coûts et de programmes scolaires qui ne tiennent pas compte du mode de vie et de la culture autochtones, notamment de l'importance de l'éducation en langue maternelle des jeunes enfants.

La Rapporteure spéciale a également mis en lumière des problèmes importants en matière d'emploi.

« Les peuples autochtones sont pour de multiples raisons exclus des possibilités de travailler dans les domaines de la foresterie et de la conservation, et sont régulièrement arrêtés par des éco-gardes pour braconnage », a-t-elle dit. « Les mesures de conservation de la faune et de l'environnement doivent être élaborées et mises en œuvre en consultation avec les peuples autochtones concernés, et ne doivent pas les priver de leurs propres moyens de subsistance et de développement ».

Elle a exhorté le gouvernement congolais à financer des activités génératrices de revenus qui reconnaissent et contribuent à renforcer la culture et les moyens d'existence traditionnels des peuples autochtones.

Au cours de sa visite, la Rapporteuse spéciale a tenu des réunions à Brazzaville, visité des communautés autochtones dans plusieurs localités du département de la Sangha et rencontré des représentants autochtones des départements de la Lekoumou, du Pool et des Plateaux.

NOTE

Les Rapporteurs spéciaux font partie de ce que l'on appelle les Procédures Spéciales du Conseil des droits de l'Homme. Les procédures spéciales, le plus grand groupe d'experts indépendants du système des droits de l'homme de l'ONU, représentent un ensemble de mécanismes d'enquête et de suivi indépendants établis par le Conseil des droits de l'Homme et qui traitent soit de situations nationales spécifiques soit de questions thématiques au niveau mondial. Les experts des procédures spéciales travaillent sur la base du volontariat ; ils ne font pas partie du personnel de l'ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisme et siègent à titre personnel.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.