Burundi: Des ONG dénoncent l'arrestation de quatre journalistes

Quatre journalistes burundais ont été arrêtés la semaine dernière. Un nouvel exemple des restrictions de la liberté de la presse dans le pays à l'approche de la présidentielle de 2020.

Les quatre journalistes et leur chauffeur se rendaient dans la province de Bubanza pour couvrir des affrontements entre les forces de l'ordre et un groupe de rebelles burundais venus de République démocratique du Congo voisine lorsqu'ils ont été arrêtés mardi 22 octobre.

Ils travaillaient pour Iwacu, l'un des derniers médias indépendants du Burundi.

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) condamne l'arrestation de quatre journalistes du quotidien burundais @iwacuinfo ainsi que leur chauffeur, à l'ouest du #Burundi.

Pour Lewis Mudge, directeur pour l'Afrique centrale à Human Rights Watch, c'est un nouvel exemple des restrictions de la liberté de la presse dans le pays. Des restrictions qui inquiètent de plus en plus à l'approche de l'élection présidentielle de 2020.

Par rapport à liberté d'expression, on doute que les prochaines élections seront "free and fair".

Jeudi, Reporter sans frontières (RSF) avait déjà exigé leur « libération immédiate ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.