Gambie: Les usines de transformation de poissons ciblées par Greenpeace

En Gambie, les ressources halieutiques sont menacées, selon l'ONG Greenpeace. Cette menace provient des usines de transformation de poissons qui produisent des huiles et des farines animales destinées à l'exportation.

La Gambie compte trois usines contre quatre en activité au Sénégal et jusqu'à trente-trois en Mauritanie selon Greenpeace. L'ONG est venue en Gambie pour dévoiler son rapport sur la surpêche et pour soutenir les communautés locales qui luttent contre les usines de poissons.

Il est loin le temps des promesses d'emplois par centaine et de développement. Les usines de poissons sont devenues le symbole d'investissements destructeurs pour les communautés.

« Étant donné que ces ressources sont actuellement considérées comme surexploitées, cela impacte la sécurité alimentaire, c'est clair. On a aussi vu que cela crée une concurrence entre ces industries mais aussi les femmes transformatrices.

Ces industries créent des emplois éphémères, alors que la population a besoin d'emplois pérennes et d'emplois propres », s'insurge le docteur Aliou Ba, conseiller politique à GreenPeace Afrique.

Menacées par la raréfaction des ressources en poissons, les populations locales sont aussi touchées par la pollution générée par les usines, selon Momodou Janneh, résident du village de Sanyang où une usine est installée.

« Mise à part la mauvaise odeur, le principal danger vient des eaux usées rejetées dans l'océan, très près de la plage. Si bien que les habitants du village qui vont acheter du poisson ou qui vont chercher quelque chose dans le bateau, se retrouvent au contact de cette eau », explique-t-il.

La construction de nouvelles usines est gelée jusqu'à nouvel ordre par le gouvernement. Une étude est menée pour connaître les ressources disponibles de poisson dans les eaux gambiennes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.