Tunisie: Culture/Lever de rideau des JCC 2019 - Hommages posthumes et Tanit d'or spécial à feu Nejib Ayed

Tunis — La Cité de la Culture a déroulé, samedi soir, le tapis rouge pour les invités de la 30e édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), session Nejib Ayed. Le lever de rideau a eu lieu au théâtre de l'Opéra, en prévision d'une semaine riche en projections de cette édition, organisée du 26 octobre au 2 novembre 2019.

Après le rituel du tapis rouge pour la marche des stars, les hôtes du festival ont été accueillis par une prestation au piano, devant le théâtre de l'opéra, sous une belle lumière tamisée qui met en valeur ce bel édifice architectural ultra moderne.

La cérémonie d'ouverture de ce festival annuel, s'est déroulée en présence de Mohamed Zine Elabidine, ministre des Affaires Culturelles, département de tutelle des JCC. Ont été présents à cette cérémonie, les professionnels du cinéma arabe et africain, ainsi que des personnalités politiques dont des membres du gouvernement, des députés et des représentants des missions diplomatiques accréditées en Tunisie.

Place aux hommages posthumes

"Je déclare ouverte la 30e édition des JCC, session Nejib Ayed", a annoncé Chiraz Latiri, Directrice Générale du Centre national du Cinéma et de l'image (CNCI), -institution culturelle publique qui gère les JCC, rappelant que "Ayed qui aimait tant ce festival, avait juste avant son départ, jeté les bases et les grandes lignes de cette édition..."..

"Le Tanit d'or spécial" de la 30e édition des JCC, est décerné à feu Nejib Ayed", a déclaré son compagnon de route, le pionnier des producteurs tunisiens, Hassen Daldoul.

Cette distinction honorifique a été remise aux membres de sa famille. Le fils de Ayed a déclaré "tant qu'on est en vie, on se souviendra certainement, des gens qu'on aime pour qu'ils demeurent toujours vivants...".

Daldoul a annoncé qu'un Tanit lui est "décerné à titre posthume, pour son combat pour la liberté d'expression et la liberté de pensée... et pour son travail pour la jeunesse et l'enfance et pour un demain plus prometteur".

Daldoul s'est présenté comme étant "le fondateur de l'association des cinéastes tunisiens en 1966, sous la conduite de Tahar Cheriaa et Osmane Sembene, pères fondateurs des JCC, et fondateur et cofondateur de la fédération panafricaine des cinéastes en 1970, créée comme étant un outil de combat pour la reconnaissance de la Culture africaine."

Nejib Ayed (1953- 2019) était un membre actif et militant au sein de la Fédération tunisienne des Ciné clubs (FTCC), fondée dans les années 50 qu'il avait également, dirigée pour des années.

Najet Nabli Ayed a prononcé une allocution à la mémoire de son défunt mari qui avait dirigé les JCC pour les éditions 2017, 2018 et 2019. Elle a parlé d'un homme "profondément engagé dans l'action culturelle et cinématographique, un engagement qui émane de sa passion pour le 7e art et sa pure volonté, désintéressée, de le voir évoluer".

Nejib Ayed était "un soldat au service de la Culture, de l'engagement et de la Patrie", a encore dit sa campagne, qui est la coordinatrice des JCC, une mission honorifique confiée par le ministère des Affaires Culturelles.

Auparavant, il y a eu la projection d'un spot contenant des séquences filmiques de feu Ayed. Un climat de tristesse a régné sur une bonne partie de la cérémonie, entamée par un hommage posthume à la mémoire de Nejib Ayed, cinéphile et grand habitué des salles obscures depuis les années 70, jusqu'à sa mort subite le 16 août dernier.

Un second hommage a été aussi, rendu à plusieurs figures, récemment décédées, du monde des arts et du cinéma arabe et africain dont les Tunisiens Chawki Mejri (réalisateur et metteur en scène) et Chiraz Bouzidi (réalisatrice).

Le vif du festival se déroule à la Cité

Cette édition des JCC est la seconde à avoir lieu à la Cité de la Culture. Les cérémonies d'ouverture et de Clôture ont lieu au théâtre de l'opéra qui a abritera aussi, la projection de tous les films de fictions, longs et courts, en compétition officielle.

Au théâtre des régions, seront présentées les longs et courts documentaires en course pour les divers Tanits et prix du festival et ses partenaires. D'autres projections et débats sont programmés dans les salles de la cité.

Au grand hall et au rez de Chaussée de la cité de la Culture s'installe aussi "Carthage pro", une large plateforme qui se décline en 5 sections; Carthage Digital, Carthage Talks, des Masterclass ainsi que les sections compétitives Chabaka et Takmil.

Carthage digital qui démarre dimanche, est une nouvelle plateforme qui favorise les échanges et les partenariats entre artistes, producteurs et développeurs des nouvelles technologies numériques. Un volet ouvert au public est placé sur l'avenue Bourguiba.

Au programme des JCC, figure une sélection de 170 films dont 44 en compétition officielle dont 12 longs-métrages et 12 courts-métrages de fiction en plus de 12 longs-métrages et 8 courts documentaires.

Parmi les présents à l'ouverture, les membres des jurys des sections de la compétition officielle des JCC. Le président du grand jury des fictions, Alain GOMIS, réalisateur et scénariste franco-sénégalais, a rappelé qu'il s'agit d'un grand festival tunisien mais aussi, panafricain qui entretient les dialogues entre les différentes cinématographiques du Continent.

Il a évoqué un festival important qui "continue à développer des identités culturelle fortes et indépendantes qui prétendent toutes à l'universel".

Le Palestinien Mohamed Kebaloui, président du jury de la compétition première œuvre, prix Tahar Cheriaa, s'est déclaré honoré de présider ce jury en cette édition, dédiée à la mémoire de Ayed, mais aussi, à l'oeuvre de jeunes réalisateurs et qui porte le nom du fondateur des JCC en 1966.

Trois pauses musicales ont été présentées dans la soirée avec Sabri Mosbah, une performance vocale et chorégraphique du Japon et une chanson du patrimoine chilien avec Marta Contreras Cáceres qui a interprété "Gracia la Vida".

Le Japon et le Chili sont deux des quatre pays hôtes des JCC, aux côtés du Liban et du Nigéria. Une série de projections et de rencontres sont au menu du Focus, dédié à ces pays représentant 4 Continents, qui démarre dimanche soir, au cinéma l'Africa.

La soirée a pris fin par la projection, hors-compétition, du film "Les épouvantails" (138'), de Nouri Bouzid, en présence du réalisateur et toute l'équipe du film, producteurs, acteurs et techniciens. La première de cette fiction produite en 2019, a été réservée à la 76e Mostra de Venise.

Une seconde projection de ce film est prévue, ce dimanche 27 octobre, à la prison de la Manouba.

L'ambiance inaugurale des JCC 2019, était assez terne, malgré tout l'apparat semblable aux plus grands festivals de cinéma.

A l'extérieur de la Cité et dans les grandes artères de la Capitale, un large dispositif sécuritaire a été déployé sur l'avenue Mohamed V et l'avenue Habib Bourguiba qui abrite comme à chaque édition un large programme d'animation pour les JCC.

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.