Congo-Kinshasa: [Victime de l'«injustice» des institutions] AFDC-A - La ligue des femmes s'oppose à la violation de l'article 110 de la Constitution

Le jeudi dernier, la ligue des femmes de l'Alliance des Forces Démocratiques du Congo & alliés (AFDC-A), est redescendue dans la rue, après le sit-in du mardi 22 octobre dernier devant le palais du peuple.

Eu égard au poids politique de ce regroupement politique cher au Sénateur Modeste Bahati Lukwebo, 2ème force après le PPRD dans la chambre basse du parlement, aussi avec quelques sénateurs à son actif, ces femmes son convaincues que l'AFDC-A subit une injustice de la part des institutions congolaises et dénoncent le non respect des dispositions constitutionnelles, principalement l'article 110 et d'autres articles des règlements d'ordre intérieur de deux chambre du parlement. Elles ont secoué le macadam jusqu'au niveau du Boulevard du 30 juin, devant la vice-primature du Travail et prévoyance sociale que dirige Néné Nkulu.

Déterminée à rentrer ses droits constitutionnels, la ligue des femmes de l'AFDC-A dénonce donc l'injustice dont ce regroupement politique est victime depuis la prise de discision de Modeste Bahati Lukwebo de participer aux élections du bureau définitif du Sénat.

Calicots en mains sur lesquels on pouvait lire des messages tels que «Non à la violation de l'article 110 de la Constitution», «AFDC-A dénonce avec force la violation de l'article 58 du Règlement intérieur du Sénat et de l'Assemblée nationale par les présidents des bureaux». La ligue des femmes de l'AFDC-A lance un message fort aux deux dirigeants de deux chambres du parlement censés légiférer la loi et aux autres dirigeants des institutions de la République notamment, au Premier ministre, à cet effet.

Par ailleurs, du côté de l'AFDC-A, à travers le sit-in du mardi dernier, l'on juge inacceptable le fait que ce regroupement qui a plus de 7 sénateurs ait été écarté, alors que le Règlement intérieur du Sénat stipule que chaque sénateur est membre du groupe sur base duquel il a été élu.

Mais aux sénateurs élus comme indépendants, le Règlement leur permet d'adhérer au groupe politique de leur choix. Et le sénateur n'appartenant à aucun groupe politique est considéré comme non inscrit.

D'où, au travers le sit-in du mardi dernier au palais du peuple, la base du regroupement politique cher à Modeste Bahati pointe du doigt les deux bureaux du parlement et les accuse de violer délibérément les lois de la République, en voulant cautionner le dédoublement du regroupement AFDC-A par le camp de l'actuelle Ministre du travail et prévoyance sociale, Néné Nkulu Ilunga.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.