Burkina Faso: Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou

28 Octobre 2019

15 pays participent à la Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) qui se tient, du 25 octobre au 3 novembre 2019. La Chine est le pays invité d'honneur de cette manifestation dont le ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, Harouna Kaboré, a donné le coup d'envoi.

La Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) a ouvert officiellement ses portes au public, vendredi 25 octobre 2019 sur le site du salon international de Ouagadougou. Dix jours durant jusqu'au 3 novembre prochain, les exposants venus de 15 pays du monde vont faire la promotion de leurs produits et services.

Ils vont aussi nouer des partenariats d'affaires mutuellement avantageux. Organisée par l'Agence pour la promotion des exportations du Burkina Faso ( APEX-B), la FIMO se tient cette année sous le thème : «Qualité dans la transformation agroalimentaire et exigences du marché international».

Pour le ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, Harouna Kaboré, en choisissant ce thème, son département souhaite lancer une invite à tous les acteurs économiques et décideurs politiques à œuvrer pour faire du secteur agroalimentaire un véritable levier du développement.

En effet, il a estimé que l'accès des produits agroalimentaires des pays africains au marché extérieur est tributaire de leur capacité à observer les exigences réglementaires des pays importateurs.

«L'objectif global de cette édition de la FIMO est de promouvoir et développer les échanges commerciaux entre les pays participants, en leur offrant un cadre d'expression et de rencontres multisectorielles», a-t-il précisé.

En effet, au menu de la foire internationale multisectorielle de Ouagadougou, il est prévu outre les stands d'expositions sur le site du SIAO, un atelier de réflexion autour du thème et des rencontres B to B. Un plateau d'animation artistique va aussi permettre aux hôtes de la FIMO de découvrir la musique burkinabè.

Le représentant du parrain de la foire, le président de la délégation consulaire du Nord, Mahamadi Ouédraogo a salué, lui aussi le choix du thème.

«Nous sommes rassurés que des investisseurs dans les domaines de la transformation et des exportations seront prêts à nous accompagner dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) et, ce, au bénéfice de nos populations», a-t-il signifié. Le directeur de cabinet du maire de la ville de Ouagadougou, Martial Rigobert Tiendrébéogo, pour sa part, s'est réjoui de la tenue de la FIMO.

«La foire contribue à améliorer la visibilité de la commune et sera aussi l'occasion de retombées économiques pour certains acteurs comme les hôteliers et les restaurateurs. J'invite la population de la commune de Ouagadougou à participer massivement aux activités programmées», a-t-il déclaré.

La Chine, invitée d'honneur

Le pays invité d'honneur de la FIMO 2019 est la République populaire de Chine. Ce pays marque sa participation à travers la présence d'une délégation du conseil commercial sino-africain conduite par son vice-président, Zheng Haosheng, par ailleurs PDG de INNER Mongolia Kingeer Sahemire Limited Coo ainsi que des exposants.

Selon le chargé d'affaires de l'ambassade de Chine au Burkina, Xu Fei, le conseil commercial sino-africain, est composé d'entrepreneurs chinois qui ont investi ou ont l'intention d'investir en Afrique.

«J'espère que parmi eux certaines entreprises vont réaliser des investissements ici et ainsi apporter leur contribution à l'augmentation de la valeur ajoutée des produits burkinabè», a-t-il souhaité.

Le chargé d'affaires de l'ambassade de la Chine a aussi traduit la reconnaissance de son pays. Selon lui, la Chine, en tant que plus grand partenaire commercial de l'Afrique, va profiter de cette occasion pour renforcer la coopération afin de construire un pont solide qui relie les producteurs africains au marché chinois.

Pour Xu Fei, même si le commerce est la clé du développement, ce n'est pas un boulevard tranquille. En la matière, la Chine a une grande expérience dont elle souhaite faire bénéficier le Burkina et les autres pays présents à cette foire.

«Les deux plus grands défis pour les pays africains sont le protectionnisme des marchés et la très faible valeur ajoutée des produits. Pour relever ces deux défis, la Chine reste ferme aux côtés des pays africains», a-t-il analysé.

Il a relevé que l'organisation, en 2018, de la première édition de la foire d'exportation mondiale à Shanghai, avec des stands gratuits pour les exposants burkinabè, la mesure pour que les produits burkinabè puissent être exportés à 0 franc, bientôt en vigueur sont des dispositions qui vont stimuler l'exportation des produits burkinabè en Chine.

Quant à l'augmentation de la valeur ajoutée des produits made in Burkina, le diplomate chinois a révélé que les entreprises de son pays sont «fortement» encouragées à investir au pays des Hommes intègres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.